Archives
22 juillet 2013

Des habits couverts de boutons

Chaque bouton peut se fixer différemment, selon sa forme et le type de vêtement. Tania Sousa Silverio Cleto, apprentie au COFOP au secteur «Création de vêtements», nous montre comment s’y prendre.

Tania Sousa 
Silverio Cleto pose à côté d'un mannequin de couture
Tania Sousa 
Silverio Cleto, 
apprentie 
au COFOP.

Un simple bouton et un vêtement est transformé. Car il existe un nombre incalculable de variétés, qui permettent d’orner ou de singulariser: boutons recouverts de la même étoffe que l’habit, bouton bijou, bouton de verre peint, de bois, de cuir, de nacre, en plastique, en métal, en porcelaine, ou alors bouton décoratif original... Si toutes ces sortes exigent simplement du fil et une aiguille pour être cousues, chacune peut néanmoins présenter une spécificité de fixation.

Ainsi, les boutons apposés sur un tissu susceptible de se déchirer doivent être accompagnés d’un contre-bouton, qui consolidera le tissu. Les boutons de chemise à quatre trous doivent être cousus en créant une tige. Pour ce faire, on peut glisser une allumette entre le fil et le bouton, de manière à coudre en respectant toujours la même distance avec le tissu.

Une astuce afin de préserver la fixation d’un bouton en métal: passer un vernis à ongles transparent sur la boucle évitera au fil de s’user trop vite.

Enfin, il ne faut pas oublier que c’est la taille de la boutonnière qui, avant tout, déterminera le choix du bouton – dans le cas où le vêtement est déjà confectionné. Sinon, c’est le diamètre du bouton + 2 mm qui déterminera la longueur de la boutonnière.

Les étapes

Quel que soit le type de boutons utilisées, ne pas hésiter à jouer avec les formes et les couleurs! Par ailleurs, déterminer s’il est plus original d’en utiliser juste quelques-uns, mis en évidence comme des bijoux.

Ou alors beaucoup, qui permettront de créer une décoration originale et unique en son genre - comme pour cette robe, imaginée et cousue tout spécialement pour Migros Magazine!

Pour un bouton avec contre-bouton

Ceci est un contre-bouton.
Ceci est un contre-bouton.

Pour tout tissu susceptible de se déchirer (daim, cuir, imitation cuir, ciré, etc.): utiliser un contre-bouton carré à quatre trous placé sur l’envers du vêtement. Cela permet de renforcer le tissu à l’emplacement du bouton.

Faire ressortir l’aiguille juste sous le bouton.
Faire ressortir l’aiguille juste sous le bouton.

Piquer 4-5 fois dans le bouton, le tissu et le contre-bouton, puis faire ressortir l’aiguille juste sous le bouton et entourer les fils déjà cousus, assez de fois pour que la tige ainsi formée soit recouverte.

Glisser l’aiguille entre les diverses couches de tissu, sans que ce soit visible du beau côté.
Glisser l’aiguille entre les diverses couches de tissu, sans que ce soit visible du beau côté.

Puis arrêter le fil en passant l’aiguille dans la dernière boucle, serrer. Faire ensuite deux nœuds en glissant le fil dans la boucle. Glisser l’aiguille entre les diverses couches de tissu, sans que ce soit visible du beau côté. Couper le fil restant. A noter: si l’on utilise du cordonnet: pour les vestes, utiliser un fil simple, car à double, il sera trop épais pour glisser facilement dans le tissu.

Pour un bouton en métal

Enduire la boucle du bouton de vernis à ongles incolore.
Enduire la boucle du bouton de vernis à ongles incolore.

Afin d’éviter que ce type de bouton n’use le fil très vite, il est conseillé de l’enduire de vernis à ongles incolore. Passer le pinceau à l’intérieur du trou, autour et au-dessus. Une petite couche suffit, car il faut éviter de boucher le trou.

Pour un bouton à 4 trous (bouton de chemise)

Ici, on utilise un fil à double, et on va faire en sorte de créer une tige.

Glisser une allumette sur le bouton.
Glisser une allumette sur le bouton.

Commencer par glisser une allumette sur le bouton: cela permettra de respecter la distance tissu-bouton, nécessaire pour créer ensuite la tige.

«Patte de poule»
«Patte de poule»

Pour créer une fixation «patte de poule», particulièrement originale: effectuer d’abord 3-4 allers-retours entre les trous en haut et en bas du bouton, puis 3-4 allers-retours entre le trou du bas et celui à gauche, et enfin 3-4 allers-retours entre celui du bas et celui de droite. Enlever délicatement l’allumette. Tirer le bouton vers le haut. Glisser l’aiguille juste sous le bouton et tourner le fil autour de la tige de manière régulière, puis faire un nœud. Piquer ensuite sur l’envers, faire encore deux nœuds contre le fil et piquer deux fois dans l’étoffe. Bien serrer. Glisser l’aiguille entre les diverses couches du vêtement, puis couper le reste de fil. Un fil d’une couleur contrastée peut être utilisé pour davantage d’originalité.

Pour des boutons de manchette

Il est également possible de créer soi-même ses boutons de manchette.

Bien tirer tout en maintenant fermement les deux boutons.
Bien tirer tout en maintenant fermement les deux boutons.

Pour ce faire, il est nécessaire de choisir des boutons en tissu ou autre. Coudre ensemble les deux boutons en laissant une tige d’environ 1 cm entre les deux. Attention: les fils doivent toujours être de la même longueur, sous peine d’avoir une tige irrégulière après! Pour bénéficier d’un travail régulier, coudre en tirant bien - tout en maintenant fermement les deux boutons - de manière à pouvoir vérifier systématiquement la distance entre les deux. Ce travail se fait à quatre mains.

Bouton de manchette terminé
Bouton de manchette terminé

Effectuer ensuite un point de feston, de gauche à droite: piquer puis revenir en glissant l’aiguille dans la boucle, jusqu’à ce que la tige en soit entièrement recouverte.
Arrêter le fil et couper le reste. Glisser ensuite chaque bouton dans une boutonnière de la manche.

Auteur: Véronique Kipfer

Photographe: Loan Nguyen et Vicky Althaus