Archives
4 avril 2016

Des histoires courtes

Les GIF animés – vestiges des premiers sites internet – marquent aujourd’hui leur grand retour sur la toile. Bien plus qu’un effet de mode, ils sont désormais solidement ancrés dans la culture web.

Capture d'écran d'un GIF animé
Le GIF revient sur le devant de la scène et parodie souvent des personnalités connues, tel qu’ici avec Leonardo DiCaprio.

C’est quoi, déjà, un GIF? L’abréviation signifie littéra­lement «Graphic interchange format» , soit en français «format d’échange d’images». Ce n’est pas plus clair? En fait, son invention remonte à 1987 déjà. A l’époque, ce format avait été mis au point pour permettre le téléchargement rapide d’une image en couleur, limitée à seulement 256 différentes teintes.

Nos connexions internet sont aujourd’hui bien plus performantes… et si le GIF abonde encore sur la toile, c’est pour son autre propriété, celle de stocker plusieurs images dans un même fichier. Ce qui permet de créer des diaporamas, et surtout des animations si les images se succèdent à un rythme suffisamment rapide.

Le GIF connaît ses premières heures de gloire parmi un large public d’internautes dès 1993, lorsque les navigateurs web sont capables de l’afficher. Il orne alors tout site internet qui se respecte, prenant par exemple la forme d’un logo animé qui représente une boîte aux lettres ou un panneau lumineux indiquant un site en construction.

Mis en veille, mais pas échu

Dans les années 2000, le web se veut plus sobre et le GIF est momentanément mis de côté. Mais depuis quelques années, voilà qu’il fait son grand retour, boosté par les réseaux sociaux qui simplifient encore son partage à large échelle. «Le succès du GIF n’est pas qu’à mettre en rapport avec un effet rétro. Il correspond aussi pleinement à notre époque!

Ces vidéos de quelques secondes sont très efficaces pour synthétiser les informations.

Telles de petites histoires qui défilent en boucle, avec un effet quasi hypnotique sur l’internaute», analyse Olivier Glassey, maître d’enseignement et de recherche au Laboratoire des cultures et humanités digitales de l’Université de Lausanne. Ces images animées sont une arme redoutable pour attirer l’attention des internautes, immergés sous des flux croissants d’informations, d’autant plus que le GIF s’appuie sur la culture populaire:

Il reprend en général des scènes cultes de films ou de séries»,

poursuit le sociologue. L’actualité aussi se laisse régulièrement «giffer», par exemple lors d’une campagne politique. «Le GIF peut être employé pour mettre en avant un argument fort d’un candidat, devenant presque une version moderne de son slogan. Mais il peut aussi être utilisé par ses adversaires politiques pour le discréditer…»

Depuis l’an passé, internet est davantage consommé sur mobile que depuis un ordinateur. Ce qui pourrait encore renforcer le succès du GIF: «Il se glisse facilement sur nos smartphones, sans utiliser trop de bande passante.

Si sa technologie est dépassée depuis longtemps… il est 100% dans l’air du temps!»

Texte: © Migros Magazine | Alexandre Willemin

Auteur: Alexandre Willemin