Archives
16 novembre 2015

Jeunes talents verts

Le nouveau Prix Environnemental Migros a été décerné à quatre étudiants. Le duo de tête a inventé un appareil permettant d’économiser du mazout.

Les étudiants
primés
Les étudiants primés (Gaëtan Jaccard, Laura Germann, Philipp Bühler et Sarina Vetter, de g. à dr.) ont trouvé des solutions pratiques pour protéger l’environnement (Photo: DR).

Philipp Bühler, 27 ans, et Sarina Vetter, 25 ans, viennent de toucher un joli pactole: en remportant le nouveau Prix Environnemental Migros , ils ont en effet empoché 10 000 francs. «Pour nous, cette distinction constitue une formidable carte de visite», se réjouissent les deux lauréats. Le prix leur permettra de développer un appareil intelligent baptisé Shinook, fruit d’un travail de Bachelor interdisciplinaire. Philipp étudie à la Haute Ecole d’art de Zurich et Sarina à l’EPFZ. Tous deux ont apporté leur savoir-faire spécifique pour donner vie à Shinook, un appareil qui aide à économiser de l’énergie.
Son utilisation est simple: il suffit de fixer cet engin aimanté à un corps de chauffe pour que les ventilateurs intégrés dans le dispositif diffusent la chaleur de façon optimale dans la pièce, ce qui permet de baisser les radiateurs. L’appareil est non seulement utile mais également esthétique: «Nous avons beaucoup insisté sur le design, car personne n’a envie d’avoir un objet laid dans son salon», explique Philipp.

Un Genevois primé pour sa technique de lutte naturelle contre les parasites

Le Prix Environnemental Migros encourage des idées comme celles-là. Il récompense les travaux de Bachelor et de Master qui s’intéressent à des thèmes environnementaux et débouchent sur des solutions pratiques.

Gaëtan Jaccard, 26 ans, étudiant en agronomie à Genève ayant gagné les 3000 francs du 2e prix, s’est pour sa part attaqué à un problème on ne peut plus concret.

A la recherche de méthodes écologiques pour lutter contre une punaise qui ravage les fraisiers, il a découvert que ces insectes dépérissaient lorsque l’on plantait des orties à proximité des serres.

Des filets de protection et d’autres moyens mécaniques se révèlent également efficaces: «Ces méthodes permettent de limiter assez facilement l’usage des insecticides», confie le lauréat.

Etudiante en sciences de l’environnement à l’EPFZ, Laura Germann, 25 ans, s’est pour part penchée sur un sujet qui touche de près la vie quotidienne de nos concitoyens: le gaspillage de denrées alimentaires. En étudiant une chaîne de boulangeries dont le siège principal est situé à Niederglatt (ZH), elle a voulu savoir comment l’on pouvait diminuer le volume de pains et de pâtisseries invendus qui aboutissaient souvent à la poubelle. En misant sur des pains cuits au feu de bois, Laura a remarqué que ceux-ci, très prisés des clients, ne restaient jamais très longtemps sur les étals. Une solution économique et écologique puisque l’on utilise pour fabriquer ces pains du bois suisse, une ressource renouvelable. Et l’idée de Laura lui a valu de remporter le 3e prix, d’une valeur de 1000 francs.

Auteur: Michael West, West,