Archives
30 avril 2012

Des plantes pleines de mordant

Pourquoi ne pas se lancer dans la culture de plantes carnivores? Des espèces spectaculaires, qui exigent des soins spécifiques, mais pas forcément compliqués.

Mouche s'approchant d'une plante carnivore
Avec leur apparence menaçante, les dionées sont les plantes carnivores les plus recherchées par les amateurs. (Photo: istock)

Aussi belles que délicates, les plantes carnivores font à nouveau leur apparition dans les garden-centers. Mais attention, contrairement à celle de La Petite Boutique des horreurs, ces espèces sont fragiles et requièrent des soins attentifs. Voici les conseils de base, divulgués par des spécialistes:

Le choix: pour choisir ses plants, se fier d’abord à ce que l’on voit (des feuilles bien vertes, un «air de santé» général), et vérifier – en tirant légèrement dessus – que la plante est bien ancrée dans le pot et a donc déjà développé des racines, ce qui favorisera sa croissance.

L’emplacement: le nec plus ultra? Un terrarium aéré, dans lequel la terre pourra rester humide. Sinon, tout endroit très lumineux (mais sans ensoleillement direct) sera parfait. Veiller à ne planter ensemble que des espèces qui exigent le même type de soins.

La terre: disposer d’abord une couche de billes d’argile, puis un substrat spécifique pour ces espèces, sur une épaisseur de 20 cm environ.

L’arrosage: ne jamais utiliser l’eau du robinet, trop calcaire. Choisir soit de l’eau de pluie, soit une eau de source (donc pas minérale!) en bouteille. Garder la terre humide sans être gorgée d’eau.

Le suivi: ne jamais utiliser d’engrais, qui risquerait de les assécher. Quant à la «nourriture»: ces plantes se débrouillent à leur rythme et les gaver risque de les faire s’étioler. Il est toutefois possible de donner de temps à autre un insecte – vivant –, mais pas de jambon ou de morceaux de viande, et seulement en période de croissance – soit au printemps et en été.

Auteur: Véronique Kipfer