Archives
29 mai 2017

Des poissons qui brillent

Au fond des mers, de nombreux animaux sont capables de produire de la lumière. Cela s’appelle la «bioluminescence», et c’est une faculté drôlement utile!

Illustration d'animaux marins bioluminescents.
Au fond des mers, de nombreux animaux sont bioluminescents.

Le phénomène qu’on appelle «bioluminescence» est dû à une réaction entre deux molécules, la luciférine (une protéine) et la luciférase (une enzyme), et qui a lieu en présence d’oxygène. Cette réaction mène à l’émission de particules élémentaires de lumière, des photons. En résumé, c’est une réaction chimique qui consiste à transformer de l’énergie chimique en énergie lumineuse.

De nombreux poissons et autres organismes marins l’utilisent soit en la produisant eux-mêmes, soit en collaborant avec des bactéries qui sont fixées sur eux»,

explique Thierry Malvesy, conservateur au Muséum d’histoire naturelle de Neuchâtel. Les animaux bioluminescents peuvent aussi contrôler l’intensité de la lumière, qu’elle soit produite par eux-mêmes ou par des bactéries indépendantes.

Cette capacité répond aux besoins de chacun: «Les calmars nagent sous la surface et sont transparents pour ne pas se détacher en ombre chinoise et servir de proie, ajoute Thierry Malvesy. Seuls leurs yeux, leur cœur, leur foie et leur estomac sont opaques.

Ils sont alors «camouflés» à l’aide d’une lumière simulant la transparence – et on ne les voit plus!»

D’autres, comme la baudroie du film Nemo, s’en servent pour attirer leur proie ou des partenaires. Et les seiches communiquent entre elles en changeant de couleur.

Texte: © Migros Magazine / Véronique Kipfer

Auteur: Véronique Kipfer

Illustrations: Jan Kruse