Archives
24 septembre 2012

Des pulls en toile d’araignées?

En 2009, à New York, plus de 80 personnes ont tricoté un tapis de trois mètres avec la soie d’un million d’araignées.

Dessin d'un hélicoptère pris dans une toile d'araignée
Les fils de toile d’araignées sont beaucoup plus 
solides qu’on ne le pense.

Pour peu que vous habitiez au bord d’un lac ou que vos fenêtres donnent sous un réverbère, vous avez dû passer tout l’été le nez dans des toiles d’araignées. Outre les hurlements de dégoût, vous avez dû mettre quelques secondes à vous dépêtrer de ces fils plus coriaces que vous ne l’imaginiez.

Et pour cause. Ces braves bêtes – oui, braves, vous vous rendrez compte du nombre de mouches et moustiques qu’elles trucident chaque nuit seulement lorsque vous aurez fait intervenir un désinsectiseur qui débarrassera vos avant-toits de toutes les huit-pattes. Et que, profitant de votre sommeil retrouvé, les moustiques, revenus tranquilles en famille, vous auront piqué un bon litre de sang. Or donc ces braves araignées en tricotent du fil. Et du fil si solide qu’il intéresse les chercheurs depuis quelques siècles déjà. La tentative de fabrication de parachutes à base de toiles d’araignées n’est pas un mythe.

Au XVIIe siècle déjà des Réaumur, Montpellier ou Saint-Hilaire ont étudié les propriétés exceptionnelles de leur soie avec des tentatives d’élevage en Europe. Et une école de tissage dans la colonie française de Madagascar. Parce que ce ne sont pas nos ridicules tégénaires – vous savez, les plus grosses, noires et velues que nous ayons par chez nous – qui produisent du fil suffisamment épais. Non, il en faut de plus dodues encore qui viennent des tropiques comme l’halabé de Madagascar ou la néphile dorée de La Réunion qui supplantent les vers à soie.

Plus récemment, des magazines comme Science et vie racontaient la solidité du fil d’araignée utile dans la suture de cicatrices, la fabrication de prothèses ou de chambres à air pour voitures de course. Un chercheur japonais s’est même vanté d’avoir fabriqué des cordes à violon et Radio Canada de préciser que si on fabriquait avec du fil d’araignée un câble de la grosseur du pouce, on pourrait tirer une dizaine d’autobus. En 2009, à New York, plus de 80 personnes ont tricoté un tapis de trois mètres avec la soie d’un million d’araignées. Depuis l’an dernier, des scientifiques de tous pays sont en passe de percer le mystère de la résistance de cette soie. Pour en recréer artificiellement. Donc sans araignée.

Je préfère.

Auteur: Isabelle Kottelat

Photographe: Konrad Beck