Archives
2 février 2015

Développement durable: Migros est No 1 mondial

Migros est le distributeur le plus durable du monde. Tel est le résultat d’une étude indépendante qui a passé en revue cent quarante entreprises.

Terre
Migros s’engage pour un monde meilleur (illustration: Jaroslaw Kaschtalinski/Golden Section Graphics).

Avec la note globale de B+ attribuée par Oekom research AG, une société munichoise indépendante chargée de réaliser des évaluations dans le domaine de la durabilité, Migros est – de loin – le distributeur le plus durable du monde. En effet, les deux distributeurs figurant aussi sur le podium – il s’agit des britanniques Marks & Spencer Group et Tesco – n’ont obtenu qu’un C+. En tout, 139 concurrents, dont le Français Carrefour et l’Allemand Metro, ont été passés en revue lors de l’enquête 2014/2015.

«Le classement d’Oekom research est très complet. Plus de cent critères sociaux et écologiques ont été analysés, a déclaré Herbert Bolliger, président de la direction générale de Migros. Il est très réjouissant de constater que nous fassions si bonne figure au niveau international. Cela nous motive à continuer à faire acte de pionner à l’avenir.»

Les exigences se sont avérées plus élevées que lors de la précédente édition, en 2010/2011. De nouveaux aspects ont aussi été pris en compte comme le gaspillage alimentaire. Par ailleurs, le groupe Migros a grandi et s’est diversifié.

Six points forts Migros ont été salués

Plusieurs points forts ont permis à Migros de se démarquer: sa stratégie globale de protection du climat, la vente ciblée de produits présentant une plus-value sociale et écologique, son engagement en faveur d’une agriculture durable via des directives strictes et un programme ambitieux de labellisation, son efficacité en matière d’acquisition et de promotion des produits, la recherche constante d’optimisation logistique et, enfin, les conditions de travail très favorables offertes aux salariés, qui permettent un bon équilibre entre vie professionnelle et vie privée.

Migros se montre également exemplaire en matière de Corporate Governance, autrement dit les principes constitutifs de la direction d’entreprise. Le nouveau code de conduite du groupe comprend ainsi onze règles résumables en une phrase: «Nous ne recherchons pas le profit à tout prix, mais voulons atteindre nos buts en menant une action responsable et respectueuse de la loi.»

1. Collaborateurs et fournisseurs

Premier employeur privé de Suisse, Migros offre des conditions de travail exemplaires à ses collaborateurs, comme le montre la nouvelle convention collective nationale de travail en vigueur depuis le début de l’année.

Plus de 50 000 salariés de trente-neuf entreprises du groupe bénéficient désormais de prestations plus favorables: le congé maternité avec versement du salaire complet, par exemple, a été prolongé de seize à dix-huit semaines, et le congé paternité rémunéré est passé de deux à trois semaines.

Fait remarquable: cette convention s’applique aux collaborateurs de branches très diverses – notamment au personnel des magasins, des centres de logistique, de la M-Industrie ou encore de la Banque Migros.

Les avantages liés à la Caisse de pensions Migros (CPM) sont particulièrement importants puisque l’employeur cotise un montant deux fois plus élevé que l’employé, se situant ainsi au-dessus de la plupart des autres caisses.

Par ailleurs, déjà dix-sept entreprises Migros, dont l’entreprise de la M-Industrie Chocolat Frey, ont reçu le label «Friendly Work Space» de la fondation Promotion Santé Suisse.

Ce certificat est décerné aux entreprises qui se soucient non seulement de l’ergonomie des différents postes, mais aussi de l’équilibre entre vie professionnelle et vie privée.

Loin de se préoccuper uniquement de ses propres collaborateurs, l’enseigne défend aussi les employés de ses fournisseurs étrangers, en particulier les paysans et les ouvriers des pays émergents. Toujours dans le cadre de Génération M, elle œuvre ainsi activement pour l’amélioration du quotidien professionnel de 75 000 personnes. Ses priorités: la sécurité sur le lieu de travail, la question salariale et les droits syndicaux.

A cet égard, Migros a fondé il y a déjà quinze ans la Business Social Compliance Initiative (site en anglais), qui réunit aujourd’hui 1400 firmes du monde entier s’efforçant d’optimiser les conditions de travail tout au long de la chaîne de création de valeur.

Aujourd’hui, le distributeur défend avec encore plus de force la formation continue et le perfectionnement dans les usines et les exploitations agricoles. Elle espère ainsi démontrer aux sous-traitants des pays émergents que le fait de rémunérer correctement ses collaborateurs, de préserver leurs droits et de garantir leur sécurité ne présente que des avantages: le personnel est plus motivé et plus performant.

En outre, cela facilite l’accès aux marchés occidentaux dans la mesure où de nombreux acheteurs européens et américains sont désormais attentifs aux critères sociaux.

2. Société et responsabilité produits

Migros s’efforce de proposer à ses clients un assortiment composé de produits alimentaires aussi sains que possible. L’enseigne a ainsi promis de réduire, à partir de 2019, la teneur en sucre, en sel et en graisses de quelque 150 références – notamment les céréales du déjeuner ou les plats préparés – tout en augmentant leur part de fibres. Le tout, bien sûr, sans en altérer le goût… Pour ce faire, des spécialistes ont analysé plus de 1400 articles de marques propres en s’appuyant sur les critères de la Haute Ecole des sciences appliquées de Zurich (ZHAW).

Autre engagement du détaillant: élargir de 30% sa gamme de produits pour personnes allergiques d’ici à fin 2016. Actuellement, il propose déjà plus de quatre-vingts références arborant le label «aha!». Ces dernières, qui ont été approuvées par le Service Allergie Suisse (SAS), un organisme de certification, sont adaptées aux besoins de certains groupes d’individus. Les consommateurs souffrant d’intolérance au lactose ou au gluten, notamment, peuvent aisément trouver leur bonheur à Migros: laitages, pains, pâtes, sucreries, snacks et produits convenience spéciaux sont présents dans les rayons.

Même les restaurants du distributeur servent des mets estampillés «aha!», par exemple des petits pains, des gâteaux, des birchers, des sauces à salade, voire des menus entiers sans gluten ni lactose.

3. Corporate Gouvernance et éthique économique

Les clients considèrent Migros comme l’une des entreprises helvétiques les plus dignes de confiance. Et pour cause: dès les origines, Gottlieb Duttweiler, son fondateur, s’est attaché à promouvoir la responsabilité sociale et les valeurs éthiques liées à la société et à l’environnement. Mais si, à l’époque, les thèses du fondateur et la probité des collaborateurs étaient suffisantes, l’évolution de l’économie et de la technique pose aujourd’hui de nouveaux défis: la complexité croissante de l’activité, qui se développe bien au-delà des frontières de la Suisse, le durcissement permanent des dispositions juridiques et la mise en place de normes rigoureuses toujours plus nombreuses nécessitent l’adoption de règles et de principes contraignants. C’est donc pour garantir le respect de la réglementation, de la législation et des prescriptions éthiques en vigueur qu’a été élaboré un code de conduite Migros reposant sur les valeurs fondamentales de l’enseigne. Ce document s’articule autour de onze lois qui incarnent la discipline et l’intégrité du détaillant.

Rédigé à la demande de l’administration de la Fédération des coopératives Migros (FCM), le texte rassemble les principes essentiels auxquels l’ensemble des entreprises et des collaborateurs du groupe doivent se conformer. Outre la publication du code, qui représente l’un des éléments centraux de la culture Migros, le détaillant a créé un service de signalement interne permettant aux collaborateurs de communiquer de graves irrégularités.

4. Management environnemental

Depuis plusieurs décennies, Migros privilégie le chemin de fer pour le transport de ses marchandises – ses centrales de distribution et ses entreprises industrielles possèdent même leur propre raccordement au réseau. L’enseigne affrète chaque jour quelque quatre cents wagons, qui acheminent plus d’un million de tonnes de produits annuellement et parcourent onze millions de kilomètres. Ainsi, Migros est depuis des années le principal client de CFF Cargo.

Par ailleurs, le parc de véhicules du détaillant, qui compte 557 camions, couvre environ 30 millions de kilomètres par an pour approvisionner les magasins. Cette flotte moderne remplit les normes strictes d’émission Euro 5 et Euro 6. Le distributeur mise également sur le transport combiné rail-route.

Les marchandises en provenance de l’étranger sont pour la plupart importées par voie maritime, le fret aérien restant très minoritaire. Les containers sont conduits jusqu’en Suisse par le train ou, parfois, par navire fluvial. A titre d’exemple, Migros est le seul distributeur européen à transporter des bananes via le réseau ferroviaire.

Les entreprises Migros se sont fixé des buts ambitieux en matière de consommation de courant, de CO2 et d’énergie et se sont engagées à tenir leurs promesses. Ainsi, elles n’investissent pas seulement dans des transports éco­responsables mais aussi dans des magasins et des centres de distribution respectueux de l’environnement.

Dans le cadre de Génération M, Migros a promis de réduire de 20% ses émissions de CO2 entre 2010 et 2020. Un but qui ne peut être atteint que pas à pas. A ce jour toutefois, elle est déjà parvenue à afficher une baisse de 8%.

Ce faisant, Migros fournit une contribution pour la protection du climat supérieure à la moyenne. En effet, ses réductions de gaz à effet de serre ont largement dépassé les objectifs de la Confédération.

5. Produits et services

Depuis plusieurs décennies, Migros s’efforce d’améliorer la durabilité de ses processus de fabrication et d’informer au mieux ses clients afin qu’ils puissent faire leurs achats en connaissance de cause.

Principale productrice de marques propres au monde, avec près de 10 000 références élaborées sur le sol national dans ses entreprises industrielles, l’enseigne contrôle son assortiment de A à Z et la chaîne de production.

Par ailleurs, l’utilisation des labels – Migros en compte douze – permet aux clients de repérer les biens et services considérés comme durables.

Migros étoffe sans cesse son assortiment de produits Bio. LeShop.ch mise aussi sur le bio en proposant un assortiment composé à 11% de produits issus de l’agriculture biologique. Et chez le détaillant allemand Tegut, qui appartient à Migros, un quart des produits est bio. Migros défend également une exploitation forestière responsable: depuis mi-2014, tous ses supports publicitaires à base de papier et de carton utilisés en Suisse sont recyclables ou certifiés FSC.

Plus de 10 000 paysans suisses se conforment aux directives de TerraSuisse, plus strictes que la législation helvétique en matière de protection animal. Ce label Migros favorise en outre la préservation de la biodiversité ainsi qu’une culture de céréales, de pommes de terre, de fruits et de colza respectueuse de l’environnement.

Si en Suisse des dispositions légales visent à s’assurer que les bêtes sont bien traitées, à l’étranger, ce garde-fou n’existe pas toujours. C’est pourquoi, en 2013, Migros a décidé d’étendre le champ d’application des normes helvétiques en matière de protection animale à tous les produits importés: ses fournisseurs étrangers devront donc se soumettre aux prescriptions de notre pays d’ici à fin 2020. Pour la viande de dinde et de lapin, les nouveaux standards sont déjà appliqués.

Migros s’est aussi engagée, toujours pour fin 2020, à ne plus proposer dans son assortiment de poisson et de fruits de mer que des produits porteurs d’un label ou approuvés par le WWF (avec la mention «recommandé» ou «acceptable»). Aujourd’hui, 94% de tous les poissons vendus proviennent de sources durables.

La certification MSC distingue le poisson issu d’une pêche sauvage, tandis que les étiquettes Bio et ASC sont apposées sur les produits d’élevage. Migros est en outre la première enseigne de distribution suisse qui, depuis début 2014, vend exclusivement des articles provenant de sources durables à ses comptoirs poissonnerie.

Enfin, en plus des labels, toutes les entreprises du groupe Migros doivent respecter des directives minimales lors de leurs achats. Ainsi, les œufs de batterie sont par exemple interdits.

6. Efficacité écologique

Depuis fort longtemps, Migros s’attache à réduire la consommation d’énergie et d’électricité ainsi que les émissions de gaz à effet de serre. Ces dernières années, plusieurs entreprises du groupe – notamment Denner, Migrol, Chocolat Frey, Aproz et Hotelplan – ont été intégrées à ce management environnemental.

Outre les efforts réalisés dans le cadre de la production, elle encourage les clients à tenir compte de l’efficacité énergétique et de la protection du climat lors de leurs achats et propose de nombreux appareils basse consommation.

Le recours aux énergies renouvelables permet à l’enseigne d’obtenir d’excellents résultats en matière de réduction des émissions. Neuf centres logistiques exploitent la chaleur issue du bois, de l’environnement ou du chauffage à distance. De surcroît, Migros compte parmi les principaux acquéreurs d’électricité renouvelable en Suisse et participe à la production de courant vert. Plus de trente installations photovoltaïques au total ont ainsi été montées sur ses toits. Elles génèrent chaque année l’équivalent du courant consommé par 2500 villas.

Migros s’efforce de construire des magasins dans le respect du développement durable et prend en compte des aspects comme l’énergie, les matériaux écologiques et l’intégration dans le paysage. Par exemple, les toits plats sont végétalisés.

La M-Industrie entend optimiser chaque année ses économies d’eau et met un point d’honneur à éliminer correctement les eaux usées. Elle sensibilise également ses fournisseurs à la gestion responsable de cette ressource.

Ainsi, à Micarna, l’eau alimentant les installations de réfrigération est réutilisée après un processus d’assainissement. Dans la laiterie ELSA, les eaux usées font l’objet d’un prétraitement avant d’être conduites vers une station d’épuration. Par ailleurs, Migros contrôle les produits frais importés des régions arides et veille au respect des directives en matière d’utilisation hydrique.

L’enseigne gère la plus vaste plateforme de recyclage et a développé un système de réutilisation des déchets. Ainsi, plus de 74% des 236 000 tonnes d’articles usagés – dont 14 000 rapportées par les clients – sont valorisés.

Son dispositif de récupération est le plus complet de Suisse. Outre l’ensemble des bouteilles en PET, les CD et DVD ainsi que toutes les bouteilles en plastique (contenants de détergents ou de lessives, par exemple) sont également repris.

L’ambition du détaillant ne s’arrête pas là: pour le transport, il mise sur les contenants à usage multiple, qui lui ont permis d’économiser plus de 93 000 tonnes de carton en 2013.

De même, Migros met tout en œuvre pour éviter le gaspillage alimentaire. Ainsi, 98,6% des produits proposés dans ses magasins et dans ses restaurants sont vendus ou distribués comme tels – ils sont soit commercialisés à des prix standard ou réduits, soit cédés gratuitement à des organisations d’intérêt public.

Seul 1,4% des denrées Migros est consacré à autre chose qu’à l’alimentation humaine (nourriture pour animaux, biogaz, etc.). Enfin, 0,2% du total atterrit dans une usine d’incinération.

Auteur: Daniel Sidler, Michael West, Sabine Müller, _Müller, Sabine