Archives
21 mars 2016

Doodle m’a tuée

La chronique de Sandrine Viglino, humoriste.

La chronique de Sandrine Viglino, humoriste.

Dans les inventions suisses dont on peut être fiers, en plus du chocolat, du velcro et du café en poudre, y’a le doodle! Pour ceux qui se demandent ce que c’est le doodle (prononcez doudeule), c’est pas grave: soit vous faites partie des «de toute façon je comprends rien aux ordinateurs» soit de ceux qui n’ont pas de vie professionnelle, amoureuse ou sociale, et donc qui n’ont pas besoin de fixer des rendez-vous. Doodle c’est un site internet pour quand on doit trouver une date pour un rendez-vous à plusieurs. Avant, quand on devait fixer le prochain comité, on disait: «Mercredi 8 ça joue pour tout le monde? ok!» Maintenant on dit: «Sandrine, tu fais un doodle et tu proposes au moins cinq dates, moi je suis libre que le mercredi 8 de toute façon.»

Ça me tue les doodles! Je sais que certains à cet instant se disent: «Elle devrait faire un groupe Whatsapp la prochaine fois.» C’est pire! J’ai vécu l’expérience du groupe Whatsapp: «fixer date enterrement de vie de jeune fille». (Oui parce que l’enterrement de vieille fille, tu le fais quand elle est morte, on chipote pas sur la date.)

A toi le mec qui lis cette chronique, laisse-moi t’expliquer que quand des mecs organisent un enterrement de vie de garçon par groupe Whats­app c’est simple: «Rendez-vous vendredi, 8h, gare de Martigny. Prenez carte d’identité, des euros et de l’aspirine. Retour dimanche 17h.»

Les réponses:

«ok»

«ok»

«ok»

«ok»

«ok, je prends des bières».

Chez les filles t’as pas intérêt de lâcher ton téléphone au moment où le premier message pour fixer le rendez-vous est lancé. A ton retour, ton smartphone affiche 64 notifications:

«Vous êtes sûres que c’est la bonne destination»

«Il fé pa 1 peu froid?»

«On s’habille plutôt sport ou chic?»

«Voilà une vidéo de mon chat»*

«On peut rentrer avant 17h dimanche parce que je veux regarder Drucker»

«Je prends volontiers deux super-boîtes-à-biscuits…»

«Oups j’ai confondu avec le groupe tupper»*

«Lol».

Plutôt que d’être sur son téléphone en train de remplir un doodle pour le prochain rendez-vous. Et si on se parlait? Je rêve du coup d’être invitée à un enterrement de vie de garçon à Amsterdam. Ça me changera du bowling et des crêpes partys habillée en reine des neiges!*

* Ndlr: noms connus de la chroniqueuse

Texte © Migros Magazine – Sandrine Viglino

Auteur: Sandrine Viglino