Archives
27 mars 2017

Du toast à la soupe miso

Malgré les influences modernes, les habitudes alimentaires traditionnelles du petit-déjeuner au Japon ont été conservées. Riz, soupe au soja et prunes macérées: des aliments sains et rassasiants.

De manière générale, le petit-déjeuner japonais est chaud et plutôt salé que sucré. (Photos: Getty Images)

Le petit-déjeuner japonais a aussi été touché par la globalisation. «Café et toasts», telle est la surprenante réponse n°1 lorsque l’on demande aux Japonais ce qu’ils mangent au petit-déjeuner. Pour Daniela Tan, japonologue à l’Institut Asie-Orient de l’Université de Zurich, cela s’explique par le fait que, comme dans toute société industrielle, les gens disposent de peu de temps pour prendre un petit-­déjeuner copieux. Toutefois, au Japon, le petit-déjeuner traditionnel et le moderne sont tout aussi fréquents.

De manière générale, le petit-déjeuner japonais est chaud et plutôt salé que sucré. Sans surprise, le traditionnel se compose de riz à grains ronds cuit et non assaisonné. En japonais, riz se dit «Gohan».

Pour la préparation classique, le riz doit cuire pendant trois heures et être remué régulièrement. «Autrefois, les femmes devaient se lever spécialement à l’aube afin que la famille puisse manger du «Gohan» frais au petit-déjeuner», raconte Daniela Tan. La découverte du cuiseur à riz a donc grandement contribué à l’émancipation de la femme au Japon!

Le riz est accompagné d’un choix de pickles (conserves au vinaigre, ndlr), de légumes confits tels que du radis ou du shiso, une feuille de légume aussi appelée basilic japonais, mais dont le goût n’a rien en commun avec le basilic. On sert aussi des petits concombres, du tofu, du poisson, des prunes umeboshi et évidemment la classique soupe miso. Cette dernière se compose d’une pâte de soja cuite le plus souvent avec du fumet de poisson.

A l’abri de la faim

D’un point de vue santé, le petit-­déjeuner traditionnel se distingue haut la main du petit-déjeuner moderne. Tout d’abord, le riz chaud ne contient presque pas de graisse, mais beaucoup d’hydrates de carbone complexes que le corps n’absorbe que lentement. Celui qui déjeune avec du riz sera à l’abri de la faim pour un bon moment. Pratiquement exempt de cholestérol, cette graine miraculeuse comporte aussi plusieurs vitamines et minéraux, notamment la vitamine B ou le magnésium.

La soupe miso obtenue par fermentation de la pâte de soja est un merveilleux aliment contenant du fer, du calcium, du potassium, de la vitamine B, des acides aminés et des acides gras ainsi que des protéines. En outre, les fèves de soja fermentées sont riches en acides gras insaturés, lesquels aident à réduire le cholestérol dans le corps. Selon des études, il y a réellement moins de crises cardiaques au Japon que chez nous.

Pour terminer, les prunes umeboshi, au goût salé et acide, sont considérées comme les reines des aliments de base. Elles rééquilibrent les digestions trop acides et stimulent l’activité intestinale. Consommées en premier le matin, elles ont un petit effet laxatif.

Texte: © Migros Magazine | Ben Kron

Auteur: Ben Kron