Archives
3 mars 2014

Enceintes Bluetooth: match au sommet

Petites, elles en offrent un maximum. Nous avons confronté les deux mini-stars du moment: la Logitech UE Boom et la Bose Soundlink mini. Les résultats de notre test.

L'enceinte bluetooth Bose Soundlink mini
Ces petites enceintes Bluetooth offrent un confort et une qualité d’écoute étonnants, la portabilité en plus. Photo LDD

Une enceinte Bluetooth reste sans doute l’un des accessoires auquel on pense lors de l’achat d’une tablette. La durée de vie de la batterie comme la facilité de liaison ont fait de gros progrès, tout comme les capacités sonores malgré une taille réduite. Nous avons testé deux des dernières enceintes les plus «in» du moment.

Place d’abord à la jeunesse, au nomadisme et à l’écoute tout terrain: conçue en partenariat avec Ultimate Ears, l’enceinte Bluetooth UE Boom (249 fr. chez Digitec notamment) est présentée comme le «premier haut-parleur stéréo 360 degrés sans fil».

Indépendamment de cette primauté supposée, ce cylindre séduit d’abord par son look sympa et son côté fun: couleurs éclatantes, sons amusants lors de la connexion à une tablette ou un smartphone, aspect robuste qui lui permet d’être glissé dans un sac à dos, l’UE Boom est bien de son époque d’hyper-mobilité. Côté son, c’est clair, détaillé, sans trop de basses et d’une puissance suffisante pour remplir une pièce pas trop grande. Quand on ajoute une autonomie de plusieurs heures, on craque presque.

Sauf qu’en face se présente un sérieux concurrent: la Bose Soundlink mini (250 fr., chez Digitec notamment) et vraiment petite (à peine 18 cm de long pour 5,5 cm de large!).

Son boîtier gris en métal brossé, socle de charge: ici, la tonalité est plus sérieuse, davantage bureau que plage. Moins pratique à trimballer, elle fait cependant plus classe que sa concurrente. Question d’usage et de goût. Côté son? Là aussi, il faut essayer. Indéniablement mieux pourvue en fréquences basses, elle prend à nos oreilles l’avantage sauf pour l’écoute de musiques déjà sursaturées en basses comme le rap ou certaines musiques électroniques où le son devient presque trop «bassy».

© Migros Magazine – Pierre Léderrey

Auteur: Pierre Léderrey