Archives
1 décembre 2014

Environnement: chauffez futé!

Plusieurs systèmes de thermostats intelligents arrivent actuellement sur le marché. Ces appareils ultra-perfectionnés mais très simples d’usage promettent de belles économies d’énergie.

illustration représentant un sujet sur le chauffage intelligent

L’hiver frappe à la porte. C’est la fin de la période de chômage technique pour nos chauffages: quelques boutons à enfoncer, voire quelques réglages de base à affiner, et le système ronronnera jusqu’aux premières douceurs printanières. Ces gestes pourraient bientôt appartenir au passé. Aujourd’hui, c’est à partir de son smartphone que l’on garde un œil sur son chauffage, grâce aux thermostats qualifiés d’«intelligents».

Principal argument de ces engins ultra-perfectionnés: ils permettraient des économies d’énergie d’en moyenne 25 à 30%. Trop ambitieux? Il suffit pourtant de réduire d’un seul degré la température dans son appartement pour diminuer jusqu’à 6-7% sa consommation d’énergie. De belles économies en perspective donc, sachant que les frais de chauffage représentent en moyenne 50% de la facture énergétique des ménages…

Appareil emblématique de cette nouvelle vague, le thermostat intelligent Nest (propriété de Google depuis le début de l’année) fascine par sa simplicité d’utilisation. Le petit boîtier, à installer dans chacune des pièces de son logement, permet d’en contrôler d’un simple geste la température. En l’espace d’une semaine, le système se souvient de ses préférences à chaque instant et en déduit automatiquement une fine programmation.

Rien de révolutionnaire? Attendez la suite: l’appareil peut être relié à son smartphone par l’intermédiaire du Wi-Fi domestique. Le système est alors en mesure de connaître la position exacte de tous les habitants et de décider de passer en mode stand-by lorsque plus personne n’est présent. De la même manière, lors­que le système s’aperçoit que l’un des occupants est sur le point de rentrer à la maison, par exemple dès qu’il se situe à moins de 1 km, il se réenclenche déjà de manière automatique. «Nos produits sont conçus pour demander le moins d’attention en anticipant nos besoins, annonce fièrement Lionel Paillet, directeur de Nest Europe. Notre quotidien est déjà bien assez rempli par d’autres tâches!»

Cette connectivité entre son système de chauffage et ses terminaux informatiques permet d’avoir accès à des statistiques précises à propos de sa consommation d’énergie. «L’accès à ces informations est très motivant pour réduire au maximum sa facture de chauffage! Il est désormais possible de connaître l’énergie nécessaire pour chauffer chacune des pièces de son logement», assure Kira Roehm, responsable pour la France du développement de Taldo, autre système de thermostat intelligent doté de fonctionnalités très semblables à celles de Nest.

Les Suisses sur le devant de la scène

Des entreprises helvétiques se lancent elles aussi dans ce nouveau marché. Il y a d’abord Neurobat qui développe en partenariat avec l’EPFL et le Centre suisse d’électronique et de microtechnique (CSEM) à Neuchâtel une famille de solutions pour le chauffage. On compte parmi elles le système Niq destiné à la rénovation de maisons individuelles. Le petit boîtier corrige le fonctionnement d’une installation de chauffage existante grâce à une mesure en continu de la température intérieure et extérieure au bâtiment. «Ses données sont traitées selon un algorithme complexe et qui permet de déduire la quantité de chauffage nécessaire à chaque instant», explique David Lindelöf, chef de la division technique de l’entreprise.

Contrairement aux autres thermostats intelligents, Niq ne nécessite aucune connexion internet. «C’était un choix dès le départ, ajoute l’ingénieur. Nous considérons le chauffage de la même manière que les systèmes électriques: on ne doit même pas le remarquer! Et il ne doit donc nécessiter aucun réglage de la part de l’utilisateur.» Selon ses concepteurs, l’appareil réduirait en moyenne de 28% les frais de chauffage.

Le second système développé en Suisse, Uplogs produit par Trilogis à Saint-Aubin (NE), s’adresse spécialement aux entreprises. Contrairement à Niq le dispositif nécessite une connexion internet, ce qui lui permet non seulement d’être opérable à distance, mais d’avoir aussi accès aux prévisions météorologiques. «Si le chauffage sait qu’il y aura une éclaircie entre 10 h et 15 h par exemple, il pourra dès 7 h du matin commencer à réduire son activité, explique Gilles Beljakovic, responsable de la société neuchâteloise. On économisera donc de l’énergie pendant trois heures!»

Augmenter l’efficience des appareils

Les experts sont unanimes: les nouvelles technologies permettront à l’avenir de rendre nos systèmes de chauffage encore bien plus efficients. Une contribution indispensable pour la réalisation d’une société à 2000 watts. «Avant de chercher des sources d’énergie plus propres, améliorons déjà la régulation des appareils, suggère David Lindelöf, l’énergie la plus propre est celle qu’on ne consomme pas!»

© Migros Magazine - Alexandre Willemin

Auteur: Alexandre Willemin

Photographe: Grafilu (illustrations)