Archives
5 mai 2014

De femme à femme

Forum elle, l’organisation féminine de Migros, est présente dans toute la Suisse. Esther Girsberger, sa présidente centrale, nous la présente.

Gottlieb Duttweiler en compagnie de representantes d'une organisation feminine a Washington
Gottlieb Duttweiler a toujours été à l’écoute des femmes, comme ici à Washington lors d’une discussion avec des directrices d’une organi­sation féminine et son épouse (à droite). (Photo: archives FCM / DR)

La Ligue suisse des femmes catholiques, l’Association des sociétés d’utilité publique des femmes suisses, les Centres de liaison des associations féminines suisses… Toutes ces structures ont un objectif commun: faire évoluer la place des femmes dans la société et promouvoir l’égalité entre les sexes. Mais du fait des progrès accomplis, c’est aujourd’hui contre la diminution de leurs effectifs que la quasi-totalité d’entre elles doivent lutter.

Faire vivre dans le présent les idées du fondateur

Forum elle, l’organisation féminine de Migros, créée en 1957 sous le nom d’Association suisse des coopératrices Migros avec le soutien actif du fondateur de l’enseigne, Gottlieb Duttweiler, s’avère moins touchée par ce phénomène. Une résistance qui s’explique essentiellement par le but qu’elle s’est fixé dès son origine: conserver les idéaux de Migros, un précepte que l’on retrouve dans la neuvième des quinze thèses de Gottlieb Duttweiler.

Ce patrimoine spirituel est aussi riche que l’étaient les idées du fondateur de Migros. Plus de cinquante ans après la mort de ce dernier, il faut appréhender ses idéaux et les évolutions de la société en conséquence.

En 1925, Gottlieb Duttweiler a fondé Migros avec cinq camions-magasins et six produits. Aujourd’hui, le distributeur emploie plus de 90 000 collaborateurs et regroupe plus de deux millions de membres dans ses coopératives.

Les méthodes utilisées pour satisfaire les consommatrices, les coopératrices et les clientes ne sont plus les mêmes qu’il y a un demi-siècle.

Forum elle s’efforce donc de refléter cette évolution, y compris dans les manifestations organisées. A titre d’exem­ple, des cadres de l’enseigne, mais aussi des invités externes à Migros, abordent régulièrement des sujets de société généraux ou en lien avec l’entreprise, comme le développement durable ou le bien-être animal.

Esther Girsberger

«Le volontariat est le prix de la liberté», estimait Gottlieb Duttweiler, qui est toujours resté fidèle à cette devise. Une valeur également cultivée par Forum elle, dont les seize présidentes de section et les membres de leurs comités sont bénévoles.

C’est là cependant que réside un des principaux problèmes: les femmes étant désormais libres de suivre la filière de formation ou de perfectionnement de leur choix, elles utilisent ensuite naturellement leurs connaissances pour exercer une profession. Et celles qui, parallèlement à leur métier, se consacrent à leur vie de famille ou pratiquent un sport ou un loisir ne ressentent plus le besoin de s’investir dans une activité non lucrative.

Le manque de temps ou de ressources financières constitue également un obstacle.

Mais toutes les femmes qui souhaitent perpétuer l’esprit du fondateur savent que le volontariat est le prix de la liberté. C’est pourquoi elles agissent en conséquence. Sans compter.

Auteur: Esther Girsberger

Photographe: FCM, archives