Archives
12 décembre 2016

Et si on jouait aux «Experts»?

Scène de crime: est-on en présence de vrai sang? Un test simple permet de résoudre l’affaire.

La petite Jeanne enquête sur un crime...

1 Pour son enquête, Jeanne a besoin d’eau oxygénée, d’une serviette en papier, de deux pipettes Pasteur et d’hémoglobine recueillie sur la scène de crime (ici, du sang de porc trouvé aux abattoirs).

2 Bien protégée (lunettes, gants et blouse) d’éventuelles éclaboussures d’eau oxygénée, notre scientifique prélève du sang à l’aide d’une pipette et en dépose quelques gouttes sur la serviette.

3 Jeanne utilise l’autre pipette pour prélever cette fois-ci un peu d’eau oxygénée (on en trouve en pharmacie). Elle en dépose deux gouttes sur le sang. La réaction ne devrait pas se faire attendre…

4 Tiens, ça mousse! Plus aucun doute pour l’experte, nous sommes bel et bien en présence de sang ! L’affaire se corse, notre détective quitte le labo pour poursuivre son enquête sur le terrain.

Le phénomène

Dans la série Les Experts, la police possède toute une panoplie scientifique pour confondre les criminels. Ici, Jeanne n’a que de l’eau oxygénée pour déterminer si l’on a oui ou non affaire à de l’hémoglobine. Parce que l’eau oxygénée (peroxyde d’hydrogène en langage savant) réagit avec le fer présent dans notre sang. En fait, quand les deux substances se rencontrent, une mousse se forme. A noter que ce test est peu employé dans la réalité parce qu’il détruit l’échantillon analysé.

Texte © Migros Magazine – Alain Portner

Auteur: Alain Portner

Photographe: Pierre-Yves Massot