Archives
7 janvier 2014

Fanny Smith: «Je vise l’or à Sotchi»

La spécialiste de skicross entend monter sur la plus haute marche du podium aux Jeux olympiques de Sotchi. De nature combative, elle est revenue au premier plan après une sévère blessure au genou gauche. Interview express chez elle à Villars-sur-Ollon.

Fanny Smith, championne de skicross
Fanny Smith: «Pour le moment, je n’imagine guère mieux que Villars, où logent mes parents et mes amis. Ils font partie de ma vie.»

Ainsi, vous vivez à Villars…

C’est ici que j’ai grandi. Le village me plaît beaucoup. Voyez ce panorama… N’est-ce pas magnifique?

Mais à quel endroit rêveriez-vous d’habiter?

Pour le moment, je n’imagine guère mieux que Villars, où logent mes parents et mes amis. Ils font partie de ma vie.

Votre profession et votre curriculum vitae?

J’ai pour ainsi dire épousé le ski alors que j’étais au berceau. Quand bien même mon père, de nationalité suisse, a grandi aux Etats-Unis. Et que ma mère est originaire d’Angleterre. Ils se sont rencontrés à Villars au moment des vacances de neige. Mon père travaillait aux remontées mécaniques. J’avais 2 ans quand ils m’ont mise pour la première fois sur des lattes. Plus tard, pendant la période scolaire, je passais tous mes après-midi de libre sur les pistes de ski. A 15 ans, j’ai fréquenté l’Ecole de sport du Collège de Brigue . A cette époque, comme Swiss-Ski n’offrait pas d’entraînement de skicross, mon père a engagé pour moi un entraîneur privé. Aujourd’hui, bien que le skicross soit devenu entre-temps une des disciplines de Swiss-Ski, je m’entraîne encore avec lui, Guillaume Nantermod.

Votre objectif?

Je veux remporter l’or à Sotchi.

Votre devise?

Don’t worry, be happy (ne t’en fais pas, sois heureux).

Ce que vous aimez le plus?

Le mouvement et la vitesse. Peu importe le moyen: planche à roulettes, wakeboard ou freeride.

Ce que vous détestez?

Les automobilistes qui traînassent sur la voie de gauche de l’autoroute.

Votre marotte?

Quand je suis sur la ligne de départ, j’agite toujours mes bras.

Votre trait de caractère le plus détestable?

Mes amis disent que je suis parfois trop directe.

Votre plus mauvaise expérience?

Ma blessure au genou, survenue il y a deux ans. Le médecin pensait que j’allais devoir abandonner ma carrière professionnelle. Je ne l’ai simplement pas écouté. J’ai fait de la physiothérapie à haute dose. Quand je suis devenue championne du monde, je lui ai dit clairement ce que je pensais.

Votre moment le plus pénible?

Ma première interview télévisée. J’étais complètement coincée.

Fanny Smith en quelques images

Ma discipline sportive

«Le skicross est plus insolent et plus amusant que la descente ou le slalom. C’est un sport qui me convient. J’apprécie aussi l’esprit d’équipe. De fait, nous sommes quelques amis qui adorons dévaler les pentes ensemble. Sur cette photo, je suis à l’extrême droite.»

«Le skicross est plus insolent et plus amusant que la descente ou le slalom. C’est un sport qui me convient. J’apprécie aussi l’esprit d’équipe. De fait, nous sommes quelques amis qui adorons dévaler les pentes ensemble. Sur cette photo, je suis à l’extrême droite.»

Mes loisirs

Fanny Smith et son amie Charlotte.

«Je les passe de préférence avec mes amis, avec Charlotte en l’occurrence. Nous nous sommes connues sur les bancs d’école.»

Ma fierté

Fanny Smith a remporté en 2013 le globe de cristal du classement général de la coupe du monde de skicross.

«En 2013 j’ai remporté la médaille d’or aux championnats du monde ainsi que le globe de cristal du classement général.»

Ma Bible

«C’est un livre intitulé «Visez la victoire», de Lanny Bassham. Mon père me l’a offert. C’est une sorte de training mental que je lis et relis. Dans le sport, le 80% de la réussite dépend de ce qui se passe dans la tête des compétiteurs.»

Mon rituel

Fanny Smith en train de préparer ses skis.

«De nombreux athlètes disposent d’un préparateur et ne s’occupent pas personnellement de leurs skis. Tel n’est pas mon cas. Mon entraîneur pense que ce rite me permet de garder les pieds sur terre. Au début, j’ai protesté. Puis j’ai appris à goûter ces heures en solitaire passées dans une cave.»

Mes chaussures

L'armoire à chaussures de Fanny Smith.

«Je ne fais pas partie de ces sportives qui ne se baladent qu’en chaussures de sport et en jeans. J’aime porter une jolie robe et des chaussures à talons.»

© Migros Magazine - Andrea Freiermuth

Vidéo: Fanny Smith raconte sa rééducation après sa blessure au genou gauche (Source: Youtube - Fanny Smith)

Auteur: Andrea Freiermuth