Archives
2 février 2017

(L’autre) méthode Cauet

L’animateur français Sébastien Cauet s’est séparé de la mère de ses enfants. Quel con.

Fred Valet, journaliste, auteur et chroniqueur.
Fred Valet, journaliste, auteur et chroniqueur.

Entre deux courbes d’audiences (et de prétendantes), le voilà immergé dans une banale réalité. Rien n’est plus brutal qu’une réalité. La télévision en a fait son garde-manger et les vidéastes s’appliquent à l’augmenter sous des casques. Je te quitte. Casse-toi. Comment ça, mes affaires? Ça s’est passé dans la cuisine. Dans la chambre. Dans un bain de larmes. Dans un sursaut de lucidité, d’anxiété, de lassitude. Dans un sursaut, quoi. Comme un suicide: dans un élan.

Il faut toujours prendre de l’élan pour oser chuter volontairement.

Se faire violence pour en faire. Mais ça s’est forcément déroulé dans l’embarras. Cet embarras qu’il gomme souvent au montage. Là, plus de prompteur, de réalisateur et encore moins d’auteur.

Les mots ne tutoient plus les télés, mais se mettent à vouvoyer l’intimité.

Le type, Cauet, rigolard et adulé, a pris ses clics et peut-être même deux claques sans qu’un stagiaire ne zoome grossièrement sur les pupilles ensanglantées. C’est peut-être elle qui a levé l’encre. Panne sèche. Plus rien à torcher. A vivre. A aimer. A baiser. Il m’emmerde le chauve. Je zappe. Tchao.

Sébastien Cauet s’est séparé de la mère de ses enfants. Je le sais parce qu’il me l’a dit. Dans Voici. Il a perdu du poids et un couple, qu’il me confie. Il se ressource dans sa mansarde au Touquet, qu’il me confie. Les enfants vont bien, qu’il me confie. Et puis, ils sont en bons termes, qu’il me confie. Il me confie qu’il se confie. Confiant. Régénéré. Léger. Ecouté. Séparé. On devrait tous pouvoir faire de la télé pour que la réalité redevienne une surprise.

Yannick et Grégoire se sont aussi séparés de la mère de leurs enfants. Je le sais parce qu’ils me l’ont dit. Dans un bar. Brutale réalité. Mais la même qu’hier. Entre deux piles de factures (et d’insultes). Casse-toi. Oui, tes valises. Le vin était rouge, le cœur noir. Pis l’appartement, je fais comment? Les impôts, je vais casquer? Les enfants ne vont pas bien. Personne n’est en bons termes.

Tout est lourd, sourd et sans détour.

La maison du Touquet se transforme en siège arrière de bagnole et la vie plante sur les freins. Un crissement dans la nuit. L’audience n’est plus une courbe sur un écran, mais une convocation sur un document. Et Voici n’est pas là. Voilà.

© Migros Magazine - Texte: Fred Valet

Auteur: Fred Valet