Archives
4 janvier 2016

Une fusée à réaction

Fabriquer une fusée, c’est pas compliqué! La preuve par cette expérience aussi sidérante que sidérale.

Paul en train de verser l'eau dans la capsule.
Attention, cette expérience est à réaliser avec le concours d’un adulte et de préférence à l’extérieur.

Attention, cette expérience est à réaliser avec le concours d’un adulte et de préférence à l’extérieur de manière à éviter d’inonder la cuisine ou la salle de bain!

Paul et le matériel sur la table.
Paul a préparé son matériel et est prêt à se lancer.

Pour fabriquer une fusée à réaction, Paul a besoin d’une boîte de film (cet élément est aujourd’hui de plus en plus difficile à trouver), d’un cachet effervescent (vitamine C ou aspirine, par exemple) et d’un peu d’eau.

Il est temps de passer à l’action. Notre jeune et pimpant ingénieur en astronautique verse avec précaution de l’eau dans la capsule en plastique. Il la remplit jusqu’à la moitié environ. Ni plus ni moins. C’est bien clair?

Paul en train de mettre le cachet dans l'eau.
Le cachet donne des bulles à souhait.

Paul plonge le cachet effervescent dans la boîte. Vous savez, ce sont ces comprimés qui se dissolvent dans l’eau en faisant des bulles. Attention, il est formellement interdit de fouiller la pharmacie pour s’en procurer!

La fusée en action
Le compte à rebours est déjà loin derrière!

Sans attendre, notre savant ferme la boîte, la pose à l’envers sur la table et s’éloigne promptement. Le compte à rebours a démarré: 5, 4, 3, 2, 1! La fusée décolle en projetant un jet de liquide derrière elle. Spectaculaire.

Le phénomène

Plongé dans l’eau, le cachet d'aspirine ou de vitamine C libère un gaz, le dioxyde de carbone ou CO2. Du coup, la pression à l’intérieur de la boîte augmente jusqu’à ce que le bouchon explose. L’eau est alors éjectée violemment de la capsule et cette dernière décolle. C’est le même principe que les vraies fusées. Sauf que l’eau remplace ici le carburant.

Texte: © Migros Magazine | Alain Portner

Auteur: Alain Portner

Photographe: Mathieu Bernard-Reymond