Archives
7 avril 2014

Génération M: état des promesses à fin 2013

Deux fois par an, Migros contrôle si ses promesses Génération M sont tenues. Que les résultats soient bons ou mauvais, elle les communique ouvertement.

portrait d'une paysanne africaine avec ses papayes
Grâce à la certification Utz, les travailleurs ivoiriens bénéficient de meilleures conditions de travail. (Photo:DR)

Le printemps est la saison à laquelle les entreprises publient leur bilan et commentent l’exercice écoulé. Migros ne fait pas exception à la règle. Cependant, non contente de présenter des chiffres, l’enseigne fait aussi état de l’avancement de ses promesses, formulées dans le cadre de Génération M.

Etat des promesses à fin 2013: 31 objectifs sur la bonne voie, 4 objectifs mal engagés, 9 objectifs atteints, 1 objectif manqué, 1 objectif controlé pour la première fois en 2014.

Migros fait ainsi examiner ses engagements en matière de durabilité par un organe de révision indépendant et, deux fois par an, dévoile les progrès réalisés sur le site internet de Génération M.

Parmi les objectifs fixés pour 2013, deux avaient trait à l’approvisionnement en matières premières: avant la fin de l’année dernière, le cacao utilisé dans la fabrication des chocolats Frey ainsi que les thés vert, noir et rooibos de la marque propre Tea Time devaient tous être issus de l’agriculture durable. Le pari est tenu grâce à l’achat de cacao et de thé auprès de plantations Utz Certified.

Les critères sociaux et écologiques d’Utz Certified

Fondé en 1997, Utz Certified est aujourd’hui l’un des principaux programmes encourageant la culture de café, de thé et de cacao durables. Grâce à lui, les employés des plantations certifiées sont notamment formés à des techniques agricoles qui permettent d’améliorer les rendements de l’exploitation, la qualité de la production et les revenus des paysans.

Utz Certified impose en outre des exigences sociales, telles que l’accès aux soins ou à l’eau potable. Le respect de ces critères est contrôlé par des instances indépendantes.

Délifit a connu une croissance plus faible que prévue

Migros publie les revers et les succès de Génération M avec la même transparence. Ainsi, le détaillant ambitionnait de porter à 20% la part des produits diététiques Délifit vendus dans ses take-aways à fin 2013. Cette ligne propose des préparations à base d’ingrédients de saison et à faible teneur en graisses et en sucre.

Or, malgré le lancement de nombreux wraps, sandwiches et salades, l’objectif n’a pas été atteint. Les raisons de cet échec sont multiples. Du fait de la disposition des comptoirs take-away, différente selon la localité et la région, l’assortiment Délifit n’est pas le même partout.

Par ailleurs, si de plus en plus d’individus ont aujourd’hui conscience des vertus d’une alimentation équilibrée, l’évolution des habitudes et des préférences personnelles prend manifestement plus de temps.

Auteur: Andreas Dürrenberger