Archives
16 décembre 2013

Une aide à tous les niveaux

Migros souhaite que l’ensemble de ses coopératives soient certifiées Friendly Work Space. Pour obtenir ce label, la mise en place d’une consultation sociale ouverte à tous est nécessaire.

Le bureau de 
Priska Furger, 
cheffe de la consultation 
sociale à Migros 
Lucerne (ci-contre), est situé dans un endroit discret afin de 
garantir un certain anonymat.
Le bureau de 
Priska Furger, 
cheffe de la consultation 
sociale à Migros 
Lucerne (ci-contre), est situé dans un endroit discret afin de 
garantir un certain anonymat.

Les Suisses sont des bourreaux de travail. L’an dernier, l’Office fédéral de la statistique a dénombré 7,7 milliards d’heures ouvrées effectuées par la population helvétique. Par conséquent, on conçoit sans peine qu’il est primordial que les employés se sentent bien.

De nombreuses entreprises suisses l’ont compris et multiplient les initiatives favorisant la santé de leurs employés sur le lieu de travail: corbeille de fruits, massages, abonnements à la salle de gym — leur imagination ne connaît pas de limites.

Depuis plusieurs années, la fondation Promotion Santé Suisse incite les sociétés à systématiser, par le biais d’une gestion de la santé en entreprise, les mesures qu’elles ont souvent déjà mises en œuvre. De plus, l’institution remet le label Friendly Work Space depuis 2009.

Dans le cadre de Génération M, Migros s’engage à obtenir cette distinction pour la Fédération des coopératives Migros ainsi que toutes les coopératives régionales. Plusieurs d’entre elles de même que des entreprises du groupe sont d’ailleurs déjà certifiées, comme Migros Lucerne.

Un bureau à l’abri des regards pour faciliter le dialogue

Au siège social de la coopérative lucernoise, situé à Dierikon, Priska Furger, responsable de la consultation sociale, nous attend. Cinquante ans, les cheveux courts, elle semble réservée, presque timide, mais marche d’un pas décidé quoique discret.

Le chemin qui sépare l’ascenseur de son bureau est un véritable dédale composé de différents couloirs et portes. «Cet isolement est voulu», indique la responsable. Beaucoup d’employés ont besoin de courage pour venir la consulter. L’emplacement du bureau, à l’abri des regards, facilite leur démarche et garantit l’anonymat.

Le service de consultation sociale est ouvert à tous les collaborateurs de la coopérative, qu’ils soient en activité ou déjà retraités. «Nous avons pour mission de soutenir les employés dans tous les domaines de leur existence, afin qu’ils puissent retrouver leur concentration et fournir un travail efficace et de bonne qualité», explique la conseillère.

Le nombre de personnes ayant recours à la consultation augmente d’année en année. En 2013, le service aura traité près de 350 cas. «De la crise au quotidien aux problèmes financiers, en passant par la maladie, les problèmes abordés sont extrêmement divers», raconte encore Priska Furger. L’équipe qu’elle dirige est composée de trois conseillères. Elle-même exerce ce métier depuis plus de vingt ans.

La plupart des coopératives Migros disposent d’un service de consultation sociale, selon une idée même de Gottlieb Duttweiler, fondateur du groupe. Il s’agit aujourd’hui d’une mesure parmi d’autres destinées à améliorer le bien-être des collaborateurs au sein des entreprises Migros.

Ces initiatives seront d’ailleurs renforcées dans le cadre de l’engagement Friendly Work Space . Mais pourquoi s’engager autant? «Des employés en bonne santé participent à la bonne marche de l’entreprise, ce qui génère des bénéfices: on pourrait parler d’une réaction en chaîne», résume Thomas Mattig, directeur de Promotion Santé Suisse .

Un monde professionnel de plus en plus exigeant

Le bureau de Priska Furger est sobre, clair et apaisant. Un mobile se balance, agité par un courant d’air. Sur la table, un puzzle en bois présente les différents domaines de l’existence sous forme d’éléments s’imbriquant les uns dans les autres. «Dans ce mécanisme, c’est nous qui mettons de l’huile dans les rouages», commente-t-elle.

Mais l’outil le plus efficace reste le dialogue. «Il nous faut écouter, poser les bonnes questions avant d’essayer de trouver ensemble les meilleures solutions. Il est important que nous puissions donner des outils aux personnes afin qu’elles parviennent à surmonter leurs difficultés.»

Malgré son expérience, la conseillère avoue se retrouver parfois face à de grands défis. Dans ces moments-là, elle trouve du réconfort dans la nature, loin de l’agitation du quotidien.

Pour Priska Furger, il ne fait aucun doute que les exigences professionnelles n’ont cessé d’augmenter au cours des vingt dernières années. D’où l’importance de continuer à faire vivre l’esprit de Duttweiler. Un esprit que l’on retrouve aussi dans la promesse liée au label Friendly Work Space: «L’engagement volontaire de Migros pour cette certification prouve que l’entreprise est prête à accomplir bien plus que le strict minimum», se réjouit le responsable de Promotion Santé Suisse.