Archives
16 juin 2014

Google concède le droit à l’oubli

Un formulaire permet aux citoyens européens de demander l’effacement de certaines traces sur le moteur de recherche. Sous certaines conditions.

Capture d'écran: une recherche sur Google ne donnant aucun résultat
Bien des
 internautes rêveraient
 de voir un 
tel résultat
 associé à 
leur nom. (Montage: Migros Magazine)

Plus de 42 000 demandes depuis fin mai, lorsque le formulaire de Google Europe permettant d’accéder au droit à l’oubli numérique a été mis en ligne. Et le plébiscite continue. Chaque citoyen européen, Suisses compris, peut demander à ce que des liens contenant des informations le concernant soient supprimés des résultats de recherche. Le géant américain de la Silicon Valley, dont le moteur de recherche domine le marché, se conforme ainsi à une décision de la Cour européenne de justice

Reste à savoir ce que signifie exactement cette possibilité d’effacement numérique. Un porte-parole du groupe le précisait à l’Agence France-Presse (AFP): «Cet arrêt implique pour Google de réaliser un arbitrage difficile entre le droit à l’oubli d’un particulier et celui du public d’être informé.» Le colosse des nouvelles technologies va donc mettre en place un comité consultatif pour trouver un équilibre entre ces deux impératifs antagonistes. Parmi ses membres se retrouveront entre autres Jimmy Wales, fondateur de Wikipedia, ou Luciano Floridi, professeur d’éthique à l’Oxford Internet Institute, et qui évoque «une initiative passionnante, qui va probablement exiger des réflexions ardues».

Une démarche de longue haleine

Chaque demandeur devra d’abord faire la preuve de son identité. Il faudra évidemment préciser les liens que l’on désire voir retirer, mais aussi les raisons de ce souhait.

Parmi celles qualifiées de légitimes se retrouvent la présence d’informations datées ou erronées, des liens «incluant [son] nom, pour autant que ces résultats soient inadéquats, pas ou plus pertinents, ou encore excessifs au regard des finalités du traitement». Tout formulaire sera ensuite examiné individuellement. Vu leur nombre, on peut imaginer le casse-tête...

Auteur: Pierre Léderrey