Archives
8 mai 2017

Le piano allegro

Grégory Widmer, 27 ans, a créé une méthode d’apprentissage du piano gratuite et extrêmement simple. Le but: que tout intéressé puisse savoir jouer en quelques mois.

Avec sa méthode, Grégory Widmer n'impose pas de règles rigides à ceux qui veulent apprendre le piano.

Fermez les yeux et imaginez: vous êtes assis devant un piano et vous égrenez sans difficulté les notes d’un morceau que vous avez composé vous-même. Exercice d’hypnose à la Messmer? Non, c’est ce que vous propose de vivre bien réellement Grégory Widmer. Le tout après avoir suivi seulement dix-sept leçons, concoctées par lui et entièrement gratuites.

«Je rêvais depuis toujours de jouer du piano, mais les années passant, je n’avais pas envie de me retrouver à des cours avec des enfants de 5-6 ans, raconte cet habitant d’Ollon (VD) de 27 ans. En regardant ma mère jouer, je me suis dit un jour que ce n’était finalement pas si compliqué: il suffit d’appuyer sur les touches dans un certain ordre pour créer une mélodie!» Faisant appel à ses souvenirs de cours de musique à l’école, et surfant pour comparer les différents enseignements proposés sur le web, le jeune ingénieur en génie chimique crée alors peu à peu sa propre méthode. Et apprend ainsi le piano en autodidacte et à l’oreille en une petite année, «pas dans l’idée de faire des morceaux classiques, mais plutôt de pouvoir reproduire les airs que j’aime et que j’entends à la radio et dans des films».

Fan-club international

Par un dimanche pluvieux d’août 2008, nouvelle découverte: «Je suis tombé sur un tutoriel qui expliquait comment créer facilement son propre site. J’avais bien envie d’essayer, mais il fallait trouver quelque chose à dire… alors j’ai décidé de partager ma méthode d’apprentissage du piano.» De site «très basique» expliquant la démarche en quatre-cinq étapes, www.pianofacile.com se transforme peu à peu en rendez-vous interactif, intégrant des jeux, un glossaire et des partitions annotées.

Avec les compétences informatiques que j’ai acquises, j’ai élaboré le site pas à pas, sur des années.»

Pour ceux qui ne possèdent pas de piano, il a même créé un petit programme qui permet de jouer sur le clavier d’un ordinateur.

Les chiffres parlent pour lui: ses vidéos sur Youtube comptent déjà 3,5 millions de vues, et 5000 passionnés suivent ses explications sur Facebook. «J’ai aussi une application qui m’indique le nombre de visites sur mon site en temps réel. Là, je vois qu’il y a 22 visiteurs, dont treize qui viennent de France, un du Burkina Faso, un de Suède, un de Tunisie et un d’Allemagne.»

Comprendre, plutôt qu’apprendre

Le secret d’un tel succès? Il propose un module de base de dix-sept leçons complètes, toutes gratuites et toutes expliquées très simplement, qui permettent déjà de devenir un pianiste accompli. Les intéressés peuvent ensuite acheter s’ils le désirent un complément pour une vingtaine de francs. «J’ai basé ma méthode sur l’idée qu’il est plus important de comprendre que d’apprendre, explique Grégory Widmer. Les gens ne se rendent pas compte que ce qu’on entend à la radio sont toujours les mêmes quatre accords, tirés au sort et qui tournent en boucle. Si on fait la même chose, notre musique est déjà crédible.» Autre gros atout de sa méthode: elle permet d’aboutir très vite à un résultat.

Il faut tout de suite une petite récompense pour que la personne se dise, même après le premier morceau, «Ah, ça donne bien, quand même!» Sinon elle ne croche pas.»

Véritable coach du piano facile, le jeune ingénieur tient à rassurer les futurs pianistes: «Je trouve intéressant que tous ceux qui me contactent se trouvent trop vieux pour commencer, quel que soit leur âge. Il faut arrêter de se poser la question, et simplement se lancer!» Il n’est d’ailleurs pas là pour faire la morale. «Les gens me demandent souvent comment on place les doigts. Je leur dis: comme vous voulez! Faites comme quand vous tapez à l’ordinateur.»

Du piano à la guitare

Grâce à ses conseils et explications, un débutant relativement assidu devrait pouvoir jouer de manière fluide après deux ou trois mois. Mais Grégory Widmer concède qu’il est tout de même nécessaire d’avoir un minimum d’oreille musicale.

Les gens n’écoutent pas la musique de la même manière. Certains auront de la peine à bien jouer s’ils n’ont jamais remarqué les différentes couches musicales d’un morceau, car ils ne sauront pas reproduire ces dernières.»

Pour sa part, il a enchaîné il y a trois ans avec l’apprentissage de la guitare – «C’est la même logique, sauf qu’il y a six pianos, un pour chaque corde.» Et joue quotidiennement du piano pour le plaisir. «Il y a peu, le morceau Bohemian Rhapsody, de Queen, m’a donné du fil à retordre. J’ai de la peine à reproduire un air qui s’éloigne trop de la norme, et là, il est trop bizarre. J’ai été obligé de me référer à la partition.» Grégory Widmer continue par ailleurs à enrichir son site. Et ne se lasse pas des témoignages enthousiastes et commentaires élogieux qui y pleuvent. «Beaucoup croient que je filtre les avis, alors je suis content quand il y en a un de négatif de temps à autre. Ça montre que je ne triche pas…»

Texte: © Migros Magazine | Véronique Kipfer

Auteur: Véronique Kipfer

Photographe: Mathieu Rod