Archives
12 janvier 2015

Handy et les apprentis

Arlind Rrahmani est en troisième année d’apprentissage à Mifa SA. Ce futur logisticien transporte les palettes, contrôle les chargements et se charge du stockage des marchandises, dont le célèbre liquide vaisselle Handy.

Arlind Rrahmani
L’apprenti Arlind Rrahmani gère le stock des célèbres bouteilles de liquide vaisselle Handy.

A l’extérieur, il fait un froid mordant, et le vent n’hésite pas à s’engouffrer dans l’entrepôt où se dressent des montagnes d’emballages et de bouteilles attendant d’être remplies de lessive, de détergents et autres produits nettoyants. Ici, les portes par où arrivent les livraisons restent ouvertes même en hiver. Cela ne gêne pourtant pas Arlind Rrahmani. Ce jeune homme de 19 ans accomplit sa troisième année d’apprentissage au sein de l’entreprise Mifa, une société de la M-Industrie . L’été prochain, il tentera de décrocher son certificat fédéral de capacité (CFC) de logisticien . «On parle maintenant de procédures de qualification pour désigner l’épreuve finale», explique le futur diplômé. Appréhende-t-il cette ultime étape? «Non, répond-il avec une pointe d’orgueil. Je suis bien préparé et j’ai un bon maître d’apprentissage.»

Un travail essentiel à la bonne marche de la production

Son formateur s’appelle Heinz Buser et est responsable depuis quinze ans des apprentis en logistique à Mifa (site en anglais) , dans la commune de Frenkendorf, non loin de Bâle.

«Nous accueillons généralement six apprentis qui suivent le cursus en trois ans du CFC de logisticien, autrement dit, deux par année de formation», récapitule le maître d’apprentissage. A partir de 2015, l’entreprise proposera aussi une place à des jeunes intéressés par un parcours accéléré, en deux ans.

Arlind Rrahmani réceptionne les marchandises, soit les bouteilles vides du célèbre liquide vaisselle Handy.
Arlind Rrahmani réceptionne les marchandises, soit les bouteilles vides du célèbre liquide vaisselle Handy.

Très consciencieusement, Arlind Rrahmani réceptionne les marchandises qui lui sont attribuées, comme les fameuses bouteilles orange de liquide vaisselle Handy, qui a fait la célébrité de Mifa. Il vérifie le bordereau de livraison et les articles: sont-ils correctement emballés? Le destinataire est-il correct?

De fait, un conditionnement défectueux empêche un stockage dans les règles. C’est la raison pour laquelle l’apprenti prélève régulièrement des échantillons qu’il transmet au service chargé du contrôle qualité. Si celui-ci donne son feu vert, les palettes sont étiquetées une à une et stockées à un endroit précis de l’entrepôt, déterminé par ordinateur. Arlind Rrahmani rentre alors de nouveau en scène et, armé d’un lecteur de code-barres, scanne chaque étiquette. Ce petit appareil permet d’associer le produit à son emplacement. L’information est enregistrée dans le système et accessible à tous les collaborateurs du service logistique.

Les apprentis s’acquittent aussi de tâches administratives, comme l’impression des étiquettes.
Les apprentis s’acquittent aussi de tâches administratives, comme l’impression des étiquettes.

Evidemment, le jeune homme n’est pas seul pour effectuer toutes ces tâches. Ils sont toujours deux ou trois à décharger les livraisons, se répartissant la besogne. «L’un décharge tandis que le deuxième colle les étiquettes. Quant au troisième, il emporte les marchandises à leur emplacement à l’aide d’un transpalette.»

Arlind Rrahmani voit d’un bon œil ce travail d’équipe: «J’aime aider les autres – mais j’apprécie aussi l’autonomie que me donne ma fonction.» Avant sa formation, ce fan de football n’avait pourtant pas la moindre idée de ce qu’était une euro-palette. L’influence de son oncle, lui-même logisticien, a été déterminante pour son orientation: «Il m’a parlé de son métier et cela m’a bien plu.»

L’avant-centre Arlind Rrahmani et ses collègues reprennent la main

Le travail accompli par Arlind Rrahmani joue un rôle essentiel dans la production du célèbre liquide vaisselle Handy. C’est lui qui va chercher dans les entrepôts intermédiaires les bouteilles vides, les bouchons adaptés et le matériel d’emballage et qui envoie le tout à la halle de production. Il ôte le film de conditionnement et verse le carton rempli des fameux flacons orange dans une machine qui les dispose en rang d’oignons, pour faciliter le remplissage. Puis, l’apprenti dépose le matériel d’emballage un étage plus haut, au service confection.

Chargée sur les wagons des CFF, la marchandise est acheminée vers l’entrepôt central de Migros.
Chargée sur les wagons des CFF, la marchandise est acheminée vers l’entrepôt central de Migros.

Là, les contenants orange sont enfin remplis et fermés. Une fois parfaitement scellés, ils sont placés dans de petits cartons, empilés sur des palettes et réexpédiés dans la halle d’envoi via un tapis roulant. C’est à ce moment-là que l’avant-centre Rrahmani et ses collègues reprennent la main.

Ils chargent les produits sur les wagons de marchandises des CFF en partance pour Neuendorf (SO), où se trouve le centre de distribution de Migros.

Là, le liquide vaisselle Handy sera entreposé, avant de poursuivre sa route en direction des magasins Migros répartis dans tout le pays.

Photographe: Christian Schnur