Archives
11 août 2013

Honda Civic: la voiture quasi irréprochable

En plus d’être confortable et agréable à conduire, la citadine au look futuriste a un appétit d’oiseau.

La nouvelle Honda Civic.
La nouvelle Honda Civic.
Leïla Rölli, chroniqueuse automobile.
Leïla Rölli, chroniqueuse automobile.

Anita et Nicolas ont déménagé à l’est de Montreux et un concert dans la région était un bon prétexte pour prévoir un apéro-crémaillère.

Joignant l’utile à l’agréable, c’était également l’occasion de tester la nouvelle Honda Civic ailleurs que sur les routes du littoral neuchâtelois qui sont constamment en chantier.

Partie en fin d’après-midi, je devais encore m’arrêter à Lausanne pour prendre ma sœur, elle aussi conviée chez nos amis. D’humeur très zen et ayant du temps devant moi, je me suis assurée que le mode ECON était bien enclenché. Il grignote un peu de dynamisme mais permet de tenir une consommation réelle en dessous des 4 l assez facilement.

La route jusqu’à Lausanne a été paisible. Presque déserte, l’autoroute semblait être en velours tant les bruits étaient atténués à l’intérieur de l’habitacle. Le moteur, très silencieux, se faisait presque oublier. J’ai d’ailleurs été surprise par sa discrétion en passant dans les tunnels de la Béroche, lorsque la plupart des ondes radio ne passent pas et que je préfère couper la musique.

Ma sœur bien installée sur la place passager, j’ai continué en direction de Villeneuve. L’heure et les travaux (là aussi) nous ont plongées dans un trafic dense, imposant un autre rythme. Alors qu’habituellement l’effet accordéon est un véritable supplice, dans la Civic, je me suis trouvée un peu moins agacée que d’ordinaire.

Aidée par le Start&Stop, qui permet d’économiser quelques gouttes de carburant, et par le confort du changement des vitesses qui se fait quasiment sans effort, j’ai presque trouvé du plaisir à conduire dans cet embouteillage.

Je trouverais tout de même deux défauts à cette voiture quasi irréprochable: le manque de visibilité à l’arrière à cause de son hayon scindé en deux et son tableau de bord qui manque de simplicité.

Et dans la vraie vie, elle est comment cette voiture?

La modularité

La nouvelle Civic dispose d’un système ingénieux qui permet de moduler l’espace à l’arrière.
La nouvelle Civic dispose d’un système ingénieux qui permet de moduler l’espace à l’arrière.

Comme ses prédécesseurs, la nouvelle Civic dispose d’un système ingénieux qui permet de moduler l’espace à l’arrière et offre de multiples possibilités de rangement. En un mouvement, on bascule les assises contre les dossiers pour libérer le plancher ou simplement rabattre les dossiers sur la banquette arrière.

Le coffre

Dans la Honda Civic, on transporte tout ou presque!
Dans la Honda Civic, on transporte tout ou presque!

La banquette arrière se rabat selon un rapport 40:60 et passe ainsi de 467 l à 1200 l au niveau des vitres et près de 1370 l jusqu’au toit. Grâce à sa modularité étonnante, on y transporte tout… ou presque!

Le tableau de bord

Le tableau de bord de la nouvelle Honda Civic.
Le tableau de bord de la nouvelle Honda Civic.

Beaucoup de choses à regarder dans ce poste de pilotage pensé autour du conducteur, mais pas forcément très intuitif. Au-dessus des trois cadrans traditionnels (compte-tours, vitesse et jauge essence) se trouve une large brèche surplombant le tableau de bord sur la moitié de sa longueur. Au fond de celle-ci, un affichage digital rappelle la vitesse et renseigne sur la consommation grâce à un jeu de lumières oscillant du vert (éco) au bleu au gré des accélérations.

La touche ECON

La touche Econ.
La touche Econ.

Alors que l’ensemble du tableau de bord joue avec différentes textures noires, un bouton vert s’en démarque nettement, c’est la touche ECON. Une fois enclenchée, les réglages du moteur, de l’accélérateur et de la climatisation sont
recalculés pour réduire encore plus la consommation, mais on perd un peu de dynamisme.

Le look

Fluidité et aérodynamisme, voici les deux mots qui me viennent à l’esprit pour définir cette citadine au look futuriste. Très profilée, elle donne l’impression de coupé grâce aux poignées des portières arrière dissimulées dans les cadres des fenêtres. Le caractère agressif est renforcé par sa calandre et ses feux de jour très expressifs et bien dessinés. L’arrière est un peu trop massif.

Auteur: Leïla Rölli