Archives
9 septembre 2013

Révolution dans le prix des vacances

Petit séisme dans la branche du voyage: Hotelplan Suisse propose désormais des vols et des nuits d’hôtel au prix du jour. Les prix des billets d’avion sont même jusqu’à 50% moins chers que l’an dernier.

Les offres 
d’Hotelplan 
sont disponibles en un clic sur le 
site du voyagiste.
Les offres 
d’Hotelplan 
sont disponibles en un clic sur le 
site du voyagiste.

Les voyageurs sont de plus en plus nombreux à réserver directement leur vol en ligne auprès des compagnies d’aviation, qu’il s’agisse de Swiss, d’Air Berlin ou d’Easyjet. Puis ils procèdent de la même façon pour trouver un hébergement en surfant sur les sites internet spécialisés en hôtellerie. Les services des agences de voyage classiques deviennent ainsi superflus.

Bien évidemment, Hotelplan Suisse a réagi à cette évolution et propose, dès aujourd’hui, des vols jusqu’à 50% moins chers par rapport à 2012. Les réservations sont possibles pour cette année et l’été 2014.

«Notre offre de vols charters a été largement étoffée pour cet hiver. Avec notre nouveau système de prix, nous sommes désormais en mesure de proposer des vols bien moins chers que la saison dernière», se réjouit le CEO d’Hotelplan Suisse, Thomas Stirnimann. Parmi les offres du deuxième plus grand voyagiste de Suisse figurent des vols pour l’Espagne et la Sardaigne à partir de 158 francs, pour la mer Rouge dès 238 francs, ou encore pour les Maldives, dès 698 francs.

Hotelplan propose de plus sur son site internet les nuits d’hôtel et, prochainement, le transfert depuis l’aéroport au prix du jour.

Par ailleurs, il faut noter que la situation est actuellement complexe pour ce qui concerne l’Egypte, l’une des principales destinations balnéaires proposées par les voyagistes.

Hotelplan ne prend aucune réservation pour ce pays jusqu’au 27 septembre 2013, compte tenu des consignes de sécurité du DFAE. «Le tourisme égyptien est actuellement au point mort. Nous espérons que les vols puissent reprendre d’ici aux vacances d’automne, mais nous ne savons pas comment la situation va évoluer. C’est tragique pour les Egyptiens qui dépendent de l’activité touristique, que ce soit dans les hôtels, les transports et les commerces de souvenirs», regrette Thomas Stirnimann.

Auteur: Reto Wild