Archives
11 juillet 2016

Hotelplan Suisse reste optimiste

Hotelplan Suisse fait face à une légère baisse des réservations pour l’été 2016. Son directeur, Kurt Eberhard, reste toutefois confiant: la tendance actuelle est de choisir une destination à la dernière minute.

Kurt Eberhard
Kurt Eberhard: «Après le Brexit, nous avons aussitôt baissé nos prix pour la Grande-Bretagne.»

Kurt Eberhard, Hotelplan Suisse connaît un léger fléchissement des réservations pour l’été. Comment l’expliquez-vous?

L’instabilité politique et les récentes attaques terroristes incitent une partie de nos clients à réserver leurs vacances à très court terme. Ils sont souvent à la recherche d’alternatives aux destinations habituellement bon marché que nous proposons, telles que la Turquie, la Tunisie ou l’Egypte.

La météo en Suisse a été particulièrement maussade ce printemps… Pas de quoi attirer davantage de clients dans vos agences?

Les conditions météorologiques en Suisse ont effectivement une grande influence sur les réservations, plus marquée encore en automne qu’au printemps. Après une longue période de mauvais temps, les gens sont généralement impatients de revoir le soleil et s’empressent de réserver leur prochain voyage. Ce printemps, on a bien remarqué une telle réaction de la part de notre clientèle, mais pas dans la même mesure que les années précédentes… L’argument «sécurité» est resté plus fort.

Quelles destinations conseillez-vous aux clients qui craignent pour leur sécurité?

Mon conseil est simple: ne faites pas comme tout le monde! Je leur suggère donc de voler sur Chypre, Rhodes ou Kos. Cette année, les prix sont au plus baset le nombre de touristes plus faible par rapport à d’autres destinations, ce qui est synonyme d’un service de qualité. Il est aussi possible de trouver des places disponibles pour des destinations balnéaires plus proches, par exemple en Espagne et au Portugal. Malheureusement, Istanbul a connu une nouvelle attaque terroriste ces derniers jours. Cela ne va pas motiver nos clients à se rendre dans ce pays.

Informer les clients à propos des risques pour chaque destination, est-ce désormais l’un des arguments des voyagistes pour se démarquer de la concurrence d’internet?

Aujourd’hui, les clients veulent s’assurer que la destination choisie est sûre. Jamais les informations trouvées sur internet – fréquemment contradictoires d’un site à l’autre – ne remplaceront les conseils de professionnels. Grâce à son réseau dense d’agences à travers tout le pays, Hotelplan Suisse bénéficie d’un avantage certain.

En raison de l’instabilité politique qui règne en Europe, renforcée encore par le Brexit, le franc suisse se situe à un très haut niveau. Ce pouvoir d’achat élevé des Helvètes les incite-t-il à voyager davantage?

Oui. Pour la clientèle suisse, la plupart des destinations européennes ont vu leur prix baisser depuis un an. Malgré cela, on observe une légère hausse du prix moyen par voyage. La raison principale réside dans le fait que nos clients profitent de la hausse de leur pouvoir d’achat à l’étranger pour choisir des destinations un peu plus chères. Notons aussi que, suite au Brexit, la livre sterling s’est vue fortement dépréciée. Cela nous a permis de réduire immédiatement nos prix pour les voyages en Grande-Bretagne.

Le nombre de voyageurs à l’échelle mondiale ne cesse d’augmenter. Où pourrons-nous nous envoler à l’avenir pour échapper au tourisme de masse?

On observe déjà un certain essor des destinations africaines: Afrique du Sud, Namibie, Botswana, Tanzanie… Parce que ce sont des pays où l’on trouve encore de grands espaces, peu peuplés et très riches en nature. Le Nord attire également davantage, notamment la Scandinavie. Mais aussi certains pays exotiques qui sont encore peu touristiques, par exemple l’Iran. Evidemment, le choix de la destination dépend toujours de son budget…

Le site Vacances Migros sera bientôt optimisé pour les appareils mobiles. C’est de leur smartphone que les clients réserveront à l’avenir leurs vacances?

La recherche sur les appareils mobiles augmente fortement d’année en année. En revanche, les clients continuent à réserver principalement depuis leur ordinateur. Peut-être parce que les fonctionnalités sur smartphone ne sont pas encore assez pratiques… Les technologies évoluent sans cesse. Un jour peut-être, nous mettrons à disposition un système de réservation contrôlé par la voix.

Dernière question plus personnelle: et vous, où partirez-vous cet été?

J’étais au Vietnam en avril dernier. Mon prochain voyage aura lieu début septembre à Florence. Je louerai une voiture et visiterai la Toscane. J’aime changer chaque année de destination…

Auteur: Alexandre Willemin

Photographe: Simon Tanner