Archives
22 décembre 2016

I had a dream…

Mais je ne m’en souviens plus. J’ai rêvé que j’avais écrit cette chronique la nuit passée et je peux vous dire qu’elle était géniale.

Sandrine Viglino
Sandrine Viglino

Dans mon rêve, ce papier battait tous les records de vues sur Youtube. Du coup, Yann Barthès la reprenait dans son émission quotidienne. Thomas Wiesel était même interviewé pour donner son avis et disait: «J’aurais voulu l’écrire!» L’avantage avec les rêves, c’est qu’on réussit tout. Le désavantage, c’est que, souvent, on se réveille avant la fin.

La voici donc, telle que je l’ai retranscrite quand je me suis réveillée à l’aube ce matin, vers 11 h 00: «J’adore faire de beaux rêves. C’est pour ça que je mets toutes les chances de mon côté. A mon âge, j’évite les fondues en soirée, parce que sinon je dors mal et je rêve que je me noie dans un caquelon.

Les nuits de pleine lune je mets un attrape-rêve devant ma fenêtre. C’est tressé par des indiens qui s’y connaissent et ça marche. La preuve: le lendemain, y’a des fils de fondue dedans!

Le rêve ce n’est pas que la nuit. C’est aussi la journée, quand t’es au job, que tu as checké ton compte Facebook quatre fois, classé tes mails et réaligné tes stylos (bref que tu as travaillé comme un fou) que tu te mets à rêver:

Ah, si seulement je gagnais au loto…»

Alors que ce rêve peut tourner au cauchemar. Si dans la réalité tu foires. Genre, la nouvelle Porsche devant la maison, ça attire les curieux. Tu te découvres des cousins très, très, très, très éloignés qui viennent chercher leur part du pognon. Le grand loto de la Loterie romande ces dernières semaines a titillé énormément de gens. Même moi, j’ai joué. Mais je ne rêve pas de gagner au loto… j’aimerais juste rêver des bons numéros!

Ce qui me titille, ce sont les rêves prémonitoires. Est-ce que c’est parce qu’on y croit qu’on trouve des signes la journée suite au rêve, ou est-ce que ça marche vraiment? J’espère que non, car j’ai cauchemardé que j’écrivais pour un autre magazine!»

Bref cette chronique était fabuleuse dans mon rêve. Je vais d’ailleurs me recoucher pour lui trouver une bonne fin. Mais il me semble que dans mon rêve, elle se terminait super bien. J’écrivais «Joyeuses fêtes et plus si affinités» et tout le monde avait le sourire, se disant au fond de soi:

vivement la prochaine chronique de Viglino!»

Nos chroniqueurs sont nos hôtes. Leurs opinions ne reflètent pas forcément celles de la rédaction.

Auteur: Sandrine Viglino