Archives
13 août 2012

Ils font la pluie et le beau temps

En théorie du moins, il est possible d'influer sur le temps qu'il fait et plusieurs pays se sont déjà lancés dans de telles expériences. N'empêche, en attendant, on ne sait toujours pas vers qui se plaindre de la météo très moyenne de cet été...

Dessin d'un nuage effrayé par des missiles lui tomband dessus depuis un avion
Des substances 
larguées par avion peuvent amorcer
les pluies.

Il y a ceux qui parlent de la pluie et du beau temps, et ceux qui le font. Pas les présentateurs météo contre lesquels on s’énerve s’ils annoncent un temps pourri. Ni les scientifiques qui s’amusent à confectionner des nuages et de la pluie. C’est très sérieux, même si ça sonne comme de la science-fiction.

Techniquement, faire et défaire le temps n’a rien à voir avec la danse de la pluie. Répondant au romantique nom d’ensemencement des nuages, il s’agit de déclencher artificiellement la condensation en saupoudrant le ciel de nanoparticules: iodure d’argent, chlorure de sodium, potassium ou glace carbonique. Par avion.

Ces opérations ne datent pas de la dernière pluie; les premières ont été menées aux Etats-Unis en 1946 déjà. Depuis, de nombreux pays s’y sont mis ou l’étudient. Outre les Américains, la Russie, la Thaïlande, l’Indonésie, Israël ou la Chine. Rappelez-vous les JO de Pékin: les Chinois avaient envoyé des particules d’argent dans le ciel pour éviter que des intempéries ne viennent perturber la cérémonie d’ouverture.

En Afrique, où la nature en aurait bien besoin, quelques pays seulement y travaillent, comme le Burkina Faso. Ces opérations coûtent extrêmement cher et ne sont pas la priorité de l’Organisation météorologique mondiale (OMM). Parce que bouleverser le temps qu’il fait passe éthiquement et écologiquement mal à une époque de changement climatique. Et n’est pas simple à gérer juridiquement.

Prenez des tests réalisés en Valais pour faire neiger sur une station de ski lambda. Celle d’à côté criait au scandale, car pour faire tomber des flocons ici, on essore les nuages là. Du coup, ils sont vides pour les stations voisines…

Si l’OMM n’a pas connaissance de programmes d’ensemencement des nuages ni de recherches en Suisse, il y a bien des chercheurs genevois qui, dans le cadre d’un projet international, mettent au point un laser surpuissant capable de fabriquer des nuages. Plus basique: des rampes de lancement en Lavaux envoient régulièrement des fusées réduire la taille des grêlons afin d’épargner les vignes. Là aussi, avec des résultats controversés.

Auteur: Leïla Rölli, Isabelle Kottelat

Photographe: Konrad Beck