Archives
26 novembre 2012

Ils vous représentent

Les membres des comités coopératifs se font l’écho des clients, et donc de la population, au sein de chaque coopérative régionale Migros. Nous avons donné la parole à dix personnes siégeant dans ces conseils.

Benoît Gillioz
Benoît Gillioz: "Je souhaite transmettre à Migros les remarques des coopérateurs"

En 1940, Gottlieb Duttweiler, le fondateur de Migros, annonçait que sa société allait devenir une coopérative. Ce faisant, le Zurichois faisait don de l’œuvre de sa vie et remettait le destin de Migros aux mains du peuple suisse. Plus de soixante ans plus tard, les effets de sa décision se font toujours sentir.

Aujourd’hui, le distributeur se compose ainsi de dix coopératives régionales, semblables un peu à des cantons, et les coopérateurs représentent le peuple qui approuve notamment chaque année les comptes de sa coopérative.

Chaque région possède son propre comité coopératif comprenant quarante à soixante membres, représentant en quelque sorte le parlement local. Ces conseils doivent par exemple donner leur accord lors d’un achat d’entreprise par leur coopérative.

Le cas s’est produit récemment quand la coopérative Migros Zurich a fait savoir qu’elle souhaitait reprendre la chaîne de supermarchés allemands Tegut. Les députés ont alors dû approuver l’opération au préalable.

A Migros, l’homme doit passer avant le profit

Les comités coopératifs discutent cependant aussi de questions de promotion culturelle concernant leur région. Ils déterminent en partie de quelle façon les ressources du Pour-cent culturel sont attribuées. Les parlementaires Migros peuvent aussi donner leur avis sur l’assortiment des magasins et représentent de manière générale les intérêts de la clientèle du distributeur.

Pour Gottlieb Duttweiler déjà, les coopérateurs incarnaient la défense de ses idéaux. Les représentants des consommateurs doivent ainsi être les garants du fait que la première priorité de Migros reste le bien-être de ses clients et non la course effrénée aux bénéfices. Le fondateur désignait même ces comités comme les principaux gardiens de sa philosophie.

Etant donné que leurs membres sont les représentants du peuple, les comités coopératifs doivent également être aussi ouverts que possible. Tout client Migros qui se sent lié à l’entreprise et à ses idéaux peut par conséquent se porter candidat pour un siège. La condition minimale est d’avoir 18 ans et d’être coopérateur Migros depuis au moins une année. Les membres des coopératives régionales élisent leurs comités pour quatre ans.

Migros Magazine a donné la parole à des membres de chacune des dix coopératives. Ces hommes et ces femmes exercent des professions très variées – l’éventail est large et va de l’agricultrice au théologien indépendant. Ce qui réunit ces dix personnes, c’est leur conviction et leur engagement à défendre toujours et encore les valeurs Migros.


Cora Stegmann Cueva Solis, Migros Vaud.
Cora Stegmann Cueva Solis, Migros Vaud.
Matthias Roth, Migros Lucerne.
Matthias Roth, Migros Lucerne.
Susanne Züger-Zwahlen, Migros Suisse orientale.
Susanne Züger-Zwahlen, Migros Suisse orientale.
Matthias Weiss, Migros Zurich.
Matthias Weiss, Migros Zurich.

Migros Valais

Benoît Gillioz, 27 ans, enseignant, Fully (VS).

«Un proche parent m’a proposé de le remplacer au sein du comité coopératif, et j’ai accepté avec plaisir cette fonction, car je souhaite transmettre à Migros les remarques des consommateurs. J’estime aussi qu’il faut poursuivre l’idée de Duttweiler qui était de rapprocher les producteurs des clients en limitant les intermédiaires. Cela permet de maintenir des prix agréables pour les consommateurs tout en offrant aux producteurs des conditions de travail favorables. De plus, on favorise ainsi la découverte des produits régionaux typiques en minimisant le déplacement des marchandises.»

Migros Vaud

Cora Stegmann Cueva Solis, 30 ans, employée dans une assurance, Lausanne.

«Je suis une fan de Migros, surtout depuis que j’ai des enfants. Au sein du comité coopératif, je peux donner mon avis sur divers points comme sur la facilité d’accès des magasins, les produits, les horaires, etc. Gottlieb Duttweiler a depuis le début innové et séduit les mères de famille par des petits prix. Cet esprit est toujours là. Enfin, j’aime l’idée que chacun possède une part de Migros.»

Migros Lucerne

Matthias Roth, 29 ans, juriste, Lucerne.

«J’ai intégré le comité coopératif, car je veux comprendre comment Migros fonctionne et observer les coulisses de l’entreprise. J’apprécie le fait que Migros soit aussi transparente et qu’elle nous permette de nous intéresser à ses processus de décision. Je veux me mobiliser pour que Migros continue de recruter activement de jeunes coopérateurs, en utilisant davantage les réseaux sociaux. En tant qu’ancien étudiant, j’estime aussi que l’assortiment M-Budget pourrait être encore étoffé.»

Migros Suisse orientale

Susanne Züger-Zwahlen, 32 ans, employée de commerce et agricultrice, Andwil (SG).

«Je trouve remarquable que Migros propose autant de produits agricoles suisses dans son assortiment. J’approuve tout particulièrement le programme «De la région». Je veux m’engager pour que la part des produits indigènes reste aussi importante dans les magasins Migros, voire pour qu’elle augmente.»

Migros Zurich

Matthias Weiss, 39 ans, théologien, Richterswil (ZH).

«J’ai grandi avec Migros, et cela a certainement influencé le fait que je sois devenu membre d’un comité coopératif. Le développement durable me tient à cœur, et je souhaite que Migros continue d’étoffer son assortiment Bio. Ce serait formidable si ces produits devenaient la règle et les autres l’exception, mais je sais bien que cela reste utopique pour l’instant. Je suis par ailleurs convaincu par la courageuse idée du Pour-cent culturel. Cette institution contribue à la diversité culturelle de notre pays.»

Regine Gilgen, Migros Aar.
Regine Gilgen, Migros Aar.
Sarah Wirth, Migros Genève.
Sarah Wirth, Migros Genève.
Vanessa Guizzetti, Migros Neuchâtel-Fribourg.
Vanessa Guizzetti, Migros Neuchâtel-Fribourg.
Rudolf Werdenberg, Migros Bâle.
Rudolf Werdenberg, Migros Bâle.

Migros Aar

Regine Gilgen, 45 ans, infirmière, Wilderswil (BE).

«Je siège dans le comité depuis treize ans. Il est passionnant d’apprendre de l’intérieur comment fonctionne une coopérative Migros. J’approuve le fait que le distributeur produise lui-même de nombreux articles qu’il vend, qu’il ait sa propre industrie et s’engage ainsi en faveur de la place économique suisse.»

Migros Genève

Sarah Wirth, 27 ans, diplômée en psychologie, Genève.

«Je trouve intéressant le fait de pouvoir œuvrer au sein d’une grande coopérative comme Migros, une entreprise qui représente bien la Suisse et propose un panel intéressant de prestations: alimentaire, formation, vestimentaire, etc. J’aimerais que Migros mette encore plus en avant les produits de saison régionaux et qu’elle poursuive ses efforts dans la protection de l’environnement afin d’éviter, par exemple, tout emballage inutile. Il est pour moi important que Migros reste une coopérative, car cela permet le partage des idées.»

Migros Neuchâtel-Fribourg

Vanessa Guizzetti Piccirilli, 39 ans, juriste avocate, Fenin (NE).

«Je ne connaissais que peu le monde de la consommation. Pour cette raison, je voulais prendre une part active au sein du comité coopératif. En tant que femme active et mère de deux enfants, je souhaite faire part de mes expériences et défendre l’idée d’une consommation responsable et proche des gens. Par ailleurs, j’aime l’idée que la coopérative Migros ne vise pas exclusivement le profit, mais sache répercuter ses résultats sur les coopérateurs.»

Migros Bâle

Rudolf Werdenberg, 53 ans, ingénieur en sécurité incendie, Allschwil (BL).

«Mes parents approuvaient déjà les idées de Gottlieb Duttweiler. Intégrer un comité coopératif était donc tout à fait dans la tradition familiale. Entrepreneur moi-même, je suis fasciné par le fait que Migros parvienne à concilier succès commercial et proximité démocratique. Je souhaite me mobiliser pour que l’homme reste au centre des priorités du distributeur, comme l’a voulu Gottlieb Duttweiler.»

Auteur: Leïla Rölli, Michael West