Archives
15 février 2016

Importations: Migros laisse le libre choix au client

Le point de vue de Migros quant aux importations en provenance du Sahara occidental.

Jürg von Niederhäusern
Jürg von Niederhäusern est en charge des standards sociaux à la Fédération des coopératives Migros.

Durant la deuxième partie du mois de février 2016, il a été abondamment discuté des importantes importations de tomates cerises en grappe provenant des territoires occupés du Sahara occidental. Depuis des années déjà, Migros ne vend plus de tomates issues de cette région.

Pendant deux mois au printemps, Migros fait par contre venir, en petites quantités, des melons du Sahara occidental. Depuis 2013, Migros est le seul distributeur de Suisse à indiquer l’origine de ces fruits de façon correcte et transparente avec la mention «Sahara occidental». «Nos clients doivent pouvoir reconnaître immédiatement la provenance de nos produits, explique Jürg von Niederhäusern, responsable du domaine Standards sociaux de la Fédération des coopératives Migros. Ils sont tout à fait libres ensuite d’effectuer ou non un achat.»

Le contexte, en l’occurrence, est particulier: cela fait plus de quarante ans que le statut du Sahara occidental reste indéterminé. Le territoire, qui longe les côtes nord-africaines, est sous occupation marocaine. La population attend depuis 1991 un référendum annoncé par l’ONU sur la question de son indépendance.

Si d’autres détaillants ont décidé de boycotter les produits de cette zone, Migros a choisi de suivre une autre voie: «Nous savons par expérience qu’un boycott n’améliore pas forcément les conditions de vie et de travail des habitants», argumente Jürg von Niederhäusern, rappelant que Migros veille à ce que ses fournisseurs respectent les normes internationales et garantissent des conditions de travail décentes sur les plantations.

Photographe: Paolo Dutto