Archives
8 février 2016

«J'ai commencé avec ma grand-mère»

Considéré comme le plus grand espoir du tennis de table suisse, le Chaux-de-Fonnier Barish Moullet (13 ans) joue pour le plaisir, sans se prendre la tête.

ping-pong
Les entraînements et compétitions ont lieu dans des salles de gymnastique. Il ne faudrait pas que le vent puisse influencer la trajectoire de la balle!
Barish Moullet, 13 ans.

«Je devais avoir 4 ou 5 ans quand j’ai commencé à faire du tennis de table avec ma grand-mère. On jouait avec des planches à découper. Et puis, on a toujours eu une table de ping-pong à la maison… Ce qui me plaît dans ce sport? La rapidité et les longs échanges.

C’est un ami qui m’a encouragé à m’inscrire au Club de tennis de table de La Chaux-de-Fonds (CCT). J’avais 7 ans, je me débrouillais, j’arrivais déjà à mettre la balle de l’autre côté du filet. Depuis, j’ai appris à faire les bons gestes, à améliorer ma technique et à maîtriser de nouveaux coups.

Aujourd’hui, je suis dans le cadre A (les jeunes joueurs sur lesquels la Fédération suisse de tennis de table mise en priorité, ndlr), je fais sport-études et je m’entraîne quinze heures par semaine. Sans compter les camps et les compétitions. Je n’ai d’ailleurs presque plus un week-end de libre!

J’ai déjà été deux fois champion suisse et j’ai gagné aussi deux fois le top 8 (les Masters du ping-pong helvétique, ndlr). Je suis maintenant classé 137e joueur suisse. J’ai également participé à plusieurs tournois internationaux et j’ai donc déjà eu l’occasion de voyager aux quatre coins du continent européen.

Mon rêve, ce serait d’aller aux Jeux olympiques! Pourquoi pas à Tokyo en 2020?»

Texte © Migros Magazine – Alain Portner

Auteur: Alain Portner

Photographe: Prune Simon-Vermot