Archives
29 septembre 2016

«J’habitais tout près de la frontière, ça m’a donné envie de faire ce métier.»

Candice, garde-frontière

Candice, garde-frontière
Candice et son chien «Cocoblue», en formation pour devenir détecteur de stupéfiants.

Pour Candice, 26 ans, devenir garde-frontière était presque une évidence. «J’habitais tout près de la frontière, ça m’a donné envie de faire ce métier.» A aucun moment, elle ne regrette son travail dans une banque à Neuchâtel.

La vie au grand air, l’action et son chien lui vont comme un gant. Avec Cocoblue, un berger belge malinois, elle fait la paire. «Il est en formation pour devenir chien de défense et détecteur de stupéfiants.»

C’est beaucoup de discipline et de travail en service et hors service, mais la nature ici est un bel endroit pour travailler.»

Un milieu d’hommes, le métier de garde-frontière? «Je m’y sens bien. Les collègues sont ouverts avec nous.»

Texte © Migros Magazine – Patricia Brambilla

Auteur: Patricia Brambilla

Photographe: François Schaer