Archives
12 septembre 2016

Je n’en crois pas mes yeux!

Dans «Tintin au pays de l’or noir», les Dupondt se laissent plusieurs fois piéger par des mirages, pensant apercevoir une oasis là où il n’y en a pas. Mais nul besoin de se rendre dans le désert pour observer ce phénomène.

Dessin illsutrant le fonctionnement d'un mirage
Les mirages ne se produisent pas que dans le désert.

N’as-tu jamais observé, par une chaude journée d’été, une grande flaque d’eau sur la route, qui disparaît quand tu t’en approches? Eh bien, toi aussi, tu as été victime d’un mirage! Et il ne s’agit pas d’une illusion d’optique inventée par ton cerveau, puisque tu peux même la prendre en photo.

En réalité, un mirage est la déformation d’une image causée par les variations de température au niveau du sol. La lumière, grâce à laquelle nous voyons les objets, se propage généralement en ligne droite. Mais tout comme l’image d’un objet se déforme quand nous le plongeons dans l’eau – tu as certainement déjà remarqué qu’un stylo a l’air cassé quand tu le places dans un verre d’eau – elle peut également subir des déviations lorsque la température change.

Ainsi, par une chaude journée, la température du sol, surtout sur de l’asphalte, est beaucoup plus élevée qu’un mètre au-dessus. Ces différentes couches de température font que les rayons proches du sol qui nous parviennent sont courbés. Mais inconsciemment, nous attribuons leur origine à un prolongement rectiligne (c’est-à-dire tout droit), et imaginons donc une flaque d’eau sur la route, alors qu’il ne s’agit que d’un reflet du ciel à l’horizon… 

Texte: © Migros Magazine / Tania Araman

Auteur: Tania Araman

Illustrations: Jan Kruse