Archives
10 juin 2013

Joli mois de mai

Marie-Thérèse Porchet analyse les événements phares semaine avec sa trempe habituelle.

Portrait très expressif de Marie-Thérèse Porchet, née Bertholet
Marie-Thérèse Porchet, née Bertholet (photo: DR)

Toutes celles et tous ceux qui n’ont pas participé à la Croisière du Rire ont eu tort, c’était le seul moyen d’avoir une semaine de beau temps au mois de mai! Pas un nuage, pas un coup de vent, mer calme. Sauf pour Thierry Meury qui a passablement tangué, mais pas à cause de la houle!

Seul bémol: on a très mal mangé. Comme disait Yann Lambiel: «Sur ce bateau, il y a deux endroits où vous remettez votre vie entre les mains du hasard: le casino et le restaurant!» D’où cette idée de slogan promotionnel: pour vomir tes pasta, fais confiance à Costa!

Autre fléau qui refait surface actuellement: les grippes asiatiques. Après H1N1 et H5N1, on nous annonce à présent H7N9. C’est plus une épidémie, c’est une bataille navale!

A Paris, notre Nabilla nationale contre-attaque: aux journalistes qui prétendent qu’elle aurait fait de la prison, ses avocats rétorquent qu’au contraire, «elle a fait tomber un réseau» et que ce serait «grâce à ses déclarations que la justice a pu arrêter les gros bonnets pour qui elle travaillait». Il n’y avait pas besoin d’une longue enquête de police:

Un simple coup d’œil dans son décolleté permet de se rendre compte que Nabilla est en contact permanent avec des gros bonnets.

Qui sont loin d’être tombés! Cela dit, j’ai regardé les derniers épisodes des Anges de la télé-réalité, avec Nabilla, on ne dit plus «il y a du monde au balcon», mais plutôt « il y a la queue sur la terrasse»!

A l’inauguration du nouveau Musée de la Croix-Rouge, le pianiste Alain Roche a joué suspendu dans les airs par une grue, avec son piano à queue, la tête en bas, et sans filet. Il a déclaré: «Je sais que s’il est mal accroché et qu’il lâche, je meurs écrasé.» C’est ce que dit souvent la nouvelle copine de Guy Carlier.

Une bonne nouvelle pour terminer: un des fleurons de la flotte de la CGN, Le Rhône, a récupéré son sifflet d’origine à trois notes. La compagnie a publié une photo d’époque dont la légende indique: «On voit bien qu’à l’époque, il avait deux sifflets. Un sifflet à deux notes, et un petit instrument qu’on a récupéré sur la cheminée de gauche.» Plusieurs sifflets sur une seule cheminée, on dirait le compte rendu des soirées de DSK!

Nos chroniqueurs sont nos hôtes. Leurs opinions ne reflètent pas forcément celles de la rédaction.

Auteur: Marie-Thérèse Porchet, née Bertholet