Archives
28 janvier 2013

Joyeux anniversaire Marie-Thérèse Porchet

A l’occasion de ses vingt ans de carrière, la plus célèbre des Glandoises a accepté de dévoiler et de commenter quelques clichés rares et inédits de son album photo personnel.

(Photo: Nicolas Rhigetti/Rezo)
(Photo: Nicolas Rhigetti/Rezo)

Si Marie-Thérèse Porchet née Bertholet ne manque pas d’air, elle est plutôt à court de souffle. Du moins lorsqu’il s’agit d’éteindre les deux bougies du gâteau que Migros Magazine lui a offert à l’occasion de ses vingt ans de carrière.

Pour sa défense, la Glandoise n’a pas manqué d’avancer un agenda surchargé. Il est vrai qu’entre la tournée du show avec les humoristes romands à fin 2012, la préparation de l’émission télévisée du 31 décembre, le tournage d’une publicité, la préparation de la croisière du rire (lire encadré) et le lancement de son nouveau spectacle «20 ans de bonheur», Marie-Thérèse Porchet a eu fort à faire ces derniers temps.

«Mon meilleur spectacle, selon mes amis

«Je suis soulagé. La première à Beausobre s’est très bien passée, se réjouit Joseph Gorgoni, une fois la perruque de son personnage fétiche retirée. Tous mes amis m’ont dit que c’était mon meilleur spectacle, et je peux vous assurer que j’ai de la chance d’avoir un entourage qui sait se montrer franc avec moi.»

Paris, «Cats», 1990. Bien avant d’entrer à la gym des dames de Gland, Marie-Thérèse fréquentait déjà toutes sortes de chattes. (Photo: Pierre-André Chenaux)
Paris, «Cats», 1990. Bien avant d’entrer à la gym des dames de Gland, Marie-Thérèse fréquentait déjà toutes sortes de chattes. (Photo: Pierre-André Chenaux)
Gland 1993. Photo rarissime: avec sa sœur jumelle Eglantine, qui lui sert de doublure dans toutes les scènes de cascade. Sauf au lit! (Photo: Esther Schnellmann)
Gland 1993. Photo rarissime: avec sa sœur jumelle Eglantine, qui lui sert de doublure dans toutes les scènes de cascade. Sauf au lit! (Photo: Esther Schnellmann)
Genève 1994. Dans la Revue genevoise, en démonstratrice Tupperware vêtue d’une serpillière. (Photo: LDD)
Genève 1994. Dans la Revue genevoise, en démonstratrice Tupperware vêtue d’une serpillière. (Photo: LDD)
Lausanne 1996. Mesdames Porchet et Pahud, les deux mauvaises langues les plus appréciées des Romands. (Photo: LDD)
Lausanne 1996. Mesdames Porchet et Pahud, les deux mauvaises langues les plus appréciées des Romands. (Photo: LDD)
Genève 1996. Projet d’affiche pour le spectacle à Paris avec deux de ses passions: les Sugus et les Tupperware. (Photo: LDD)
Genève 1996. Projet d’affiche pour le spectacle à Paris avec deux de ses passions: les Sugus et les Tupperware. (Photo: LDD)
New York 1997. Marie-Thérèse découvre que la grosse pomme, ce n’est pas seulement la Lopez du cinquième. (Photo: Azzuro Matto/Isabelle Meister)
New York 1997. Marie-Thérèse découvre que la grosse pomme, ce n’est pas seulement la Lopez du cinquième. (Photo: Azzuro Matto/Isabelle Meister)

Désormais prêt à partir en tournée – celle-ci l’emportera de février à mai aux quatre coins de la Suisse romande –, Joseph Gorgoni a écrit avec son complice Pierre Naftule un one man show adapté en fonction de l’actualité de chaque ville. Le spectacle revient aussi sur l’incroyable carrière de Marie-Thérèse Porchet qui n’a pas seulement connu la gloire en Suisse romande mais aussi à Paris et outre-Sarine. Et les spectateurs de revivre avec elle ses plus beaux souvenirs, tout en appréciant la palette de jeu de l’artiste. Car oui, il y a du Louis de Funès (ce côté mauvaise foi), du Jacqueline Maillan (la bourgeoise qui lance des horreurs), du Zouc (certains sketches de son premier spectacle constituent un hommage évident) et même du Nina Hagen (la voix et les grimaces) dans Marie-Thérèse Porchet.

Avant de remonter sur scène, la plus malicieuse des humoristes suisses a accepté d’ouvrir son album photo personnel. Historique!

Bière 1999. Marie-Thérèse remonte le moral des troupes... «et pas que le moral!» (Photo: Christian Rochat)
Bière 1999. Marie-Thérèse remonte le moral des troupes... «et pas que le moral!» (Photo: Christian Rochat)
Paris 2000. Deux images rares: Marie-Thérèse à l’Olympia et Joseph Gorgoni avec quatre filles. (Photo: LDD)
Paris 2000. Deux images rares: Marie-Thérèse à l’Olympia et Joseph Gorgoni avec quatre filles. (Photo: LDD)
Knie 2001. «Je crois que depuis ma nuit de noces, c’est la première fois que j’ai un cochon entre les jambes!» (Photo: LDD)
Knie 2001. «Je crois que depuis ma nuit de noces, c’est la première fois que j’ai un cochon entre les jambes!» (Photo: LDD)
Paris 2003. Emission spéciale avec Michel Boujenah et Jean-Pierre Foucault. (Photo: LDD)
Paris 2003. Emission spéciale avec Michel Boujenah et Jean-Pierre Foucault. (Photo: LDD)
Paris 2003. Nana Mouskouri, Michou, Gérard Louvin et Charles Aznavour assistent à la première de «Marie-Thérèse Porchet amoureuse» aux Bouffes-Parisiens, le théâtre de Jean-Claude Brialy. (Photo: Esther Schnellmann)
Paris 2003. Nana Mouskouri, Michou, Gérard Louvin et Charles Aznavour assistent à la première de «Marie-Thérèse Porchet amoureuse» aux Bouffes-Parisiens, le théâtre de Jean-Claude Brialy. (Photo: Esther Schnellmann)
Knie 2004. «Voltige à cheval, voilà ce que j’appelle avoir la tête dans le c...»
Knie 2004. «Voltige à cheval, voilà ce que j’appelle avoir la tête dans le c...» (Photo: LDD)
Genève 2005. Inauguration du Musée international de la Réforme, avec un Calvin qui a failli se tromper de doigt. (Photo: LDD)
Genève 2005. Inauguration du Musée international de la Réforme, avec un Calvin qui a failli se tromper de doigt. (Photo: LDD)
Genève 2007. En compagnie de la présidente de la Confédération Micheline Calmy-Rey, venue chanter «Les trois cloches» dans les «Coups de cœur» d’Alain Morisod. (Photo: LDD)
Genève 2007. En compagnie de la présidente de la Confédération Micheline Calmy-Rey, venue chanter «Les trois cloches» dans les «Coups de cœur» d’Alain Morisod. (Photo: LDD)

Auteur: Pierre Wuthrich