Archives
15 août 2016

L’amour en post-production

Notre nouveau chroniqueur, le journaliste et auteur Fred Valet, confie ses mésaventures de père fraîchement divorcé ou «Breakind Dad», comme il se présente lui-même.

Fred Valet
Fred Valet, journaliste, auteur, chroniqueur et «Breaking Dad».

Au début, le Breaking Dad peut compter sur une valise dans le coffre et deux en dessous des yeux. Il bave sur le canapé de son meilleur ami, s’inscrit sur Tinder et harcèle son avocat. Le Breaking Dad continue à évoluer dans un milieu naturel familier, mais en mammifère fraîchement débagué et librement enchaîné. Il a dragué, joui, aimé, épousé, enfanté, langé, trompé, pleuré, plaqué, divorcé. L’inverse, parfois. Dans le désordre, souvent. (Cocher la case qui convient.) L’incendie a tout ravagé. Les pompiers sont formels: le feu a pris dans la routine (et la chambre à coucher). Au réveil, brutal, le Breaking Dad a perdu une routine sexuelle et gagné un droit de garde.

Il va falloir rééquilibrer la liste de courses et se remettre dans la course.»

Progéniture a deux ans, huit ans, treize ans. L’innocence n’a pas d’âge. Progéniture a parfois un frère, une sœur et quelques rancœurs. Soudain, les pensions sont alimentaires, les tensions palpables. Dans les semaines qui suivent la brisure, le Breaking Dad devra simultanément régler et renflouer ses comptes. Se battre au lieu de se débattre. Assumer au lieu d’assurer. Comprendre que les lasagnes acidulées (les brunes, parfum cola) ne sont pas une denrée alimentaire de première nécessité pour Progéniture. Il va falloir éplucher les courgettes pour trouver une hygiène de vie et éplucher les petites annonces pour trouver un coach de vie. La nounou a un prénom imprononçable. Heureusement, la maîtresse d’école semble influençable. C’est combien une femme de ménage?

Quand la maman de Progéniture appellera, c’est soudain «l’autre» qui s’affichera sur l’écran du smartphone. Les tours vont monter. Les échanges s’amenuiser. Les ego se blesser. «Irresponsable», «égoïste», «tu me la ramènes entière et à l’heure». Progéniture aura du retard et une trace de ketchup sur sa liquette blanche. (Evidemment.)

Maman lui glissera des barrettes dans les cheveux. Elle reviendra avec des chewing-gums dans les cheveux.»

Il paraît que, très vite, le Breaking Dad pensera à se refaire une santé sexuelle. Sauf que. «Pas ce soir, poupée, j’ai Progéniture.» Ça plaira. Au début seulement. Elle trouvera ça mignon. Au début seulement. En nouveau punk (responsable), il donnera des orgasmes à Sylvie, Vanessa, puis Nadine. Progéniture se demandera pourquoi Sylvie, Vanessa puis Nadine ne sont plus jamais revenues à la maison. «Elle était sympa Elodie, papa.» Au fond, une fois en solo, le Breaking Dad réalise que s’occuper de Progéniture c’est de l’amour en post-production perpétuelle. Et qu’un gamin à temps partiel, c’est un père à temps plein.

Texte: © Migros Magazine | Fred Valet

Auteur: Fred Valet