Archives
15 août 2016

L'ange gardien des animaux

Au refuge de la SPA Fribourg à Estavayer-le-Lac, Matthieu Torche, responsable des équipes de travail, prend soin du millier d’animaux recueillis chaque année.

Matthieu Torche et un chien
Quand son emploi du temps lui permet, Matthieu Torche apprécie de jouer avec les chiens.

Un métier au poil

«Pour faire ce travail, il faut aimer les bêtes.» Fils d’agriculteur, Matthieu Torche, 26 ans, a su très tôt qu’il voulait exercer un métier au plus proche des animaux. Et plus spécifiquement dans un refuge de la Société protectrice des animaux (SPA). «Ici on prend soin des bêtes qui se retrouvent seules. L’activité est très différente d’une pension, où elles ne sont confiées que provisoirement.»

Le jeune homme a rejoint le centre de la SPA Fribourg à Estavayer-le-Lac à la fin de l’école obligatoire. Il y a effectué l’apprentissage de gardien d’animaux, suite auquel il a été nommé responsable du secteur chats, puis deux ans plus tard du département chiens et rongeurs. Aujourd’hui, il forme à son tour les nouveaux apprentis du refuge.

Le travail ne manque jamais. «Malgré les nombreuses campagnes de prévention, il y a toujours des gens qui achètent des animaux sur des coups de tête ou qui ne pensent pas à les stériliser», constate-t-il. Le refuge accueille en moyenne chaque année 600 chats, 200 chiens et 150 nouveaux animaux de compagnie (NAC).
Et de retour chez lui, le Fribourgeois doit encore s’occuper de sa ménagerie personnelle: 14 chats, 5 chiens, 10 tortues et 2 lézards. La plupart provenant de la SPA… «C’est le problème quand on travaille ici, on a tendance à trop s’attacher!»

Une journée avec Matthieu Torche

7h A chacun sa gamell

7h A chacun sa gamelle
«La journée commence toujours par le nourrissage des animaux et le nettoyage de leur enclos. Bien que désormais responsable des animaux du refuge et chef des équipes de travail, j’effectue chaque jour un tour complet de tous nos pensionnaires.»

9h Dernière arrivée

9h Dernière arrivée
«Malgré toutes les campagnes de prévention, les chats ne sont pas suffisamment stérilisés. Ce qui provoque chaque année des abandons massifs de chatons. Nous ne demandons pas d’argent pour accueillir les animaux au refuge, mais proposons de nous adresser un don. Si nous fixions un prix, cela pourrait inciter certaines personnes à les abandonner dans la nature…»

10h Aux petits soins

10h Aux petits soins
«Une à deux fois par semaine, un vétérinaire vient prodiguer des soins aux animaux qui en ont
besoin. Pour ce qui est des petits bobos, nous nous en occupons nous-mêmes. C’est le cas du lapin Zouzou, qui souffre d’un abcès.»

Tableau d'honneur

Tableau d’honneur: «Dans l’année qui suit une adoption, nos bénévoles effectuent une visite au nouveau foyer pour s’assurer que tout se déroule bien. Souvent, les propriétaires nous envoient spontanément des nouvelles de leur animal, joignant à leur courrier une photo.»

11h La grande lessive

11h La grande lessive
«Nos machines à laver le linge ne cessent de tourner de 7 h à 18 h. C’est important de désinfecter régulièrement tous les tissus pour éviter la propagation de maladies.»

14h L’équipe au complet

14h L’équipe au complet
«Je fais le point avec les employés présents. Nous sommes au total 14 collaborateurs rémunérés – dont 4 apprentis qui travaillent à des taux variables –, accueillons des stagiaires et des bénévoles.»

16h Une nouvelle famille

16h Une nouvelle famille
«Cet après-midi, Joanne vient adopter un de nos chatons. Au préalable, nous avons déjà discuté par téléphone pour nous assurer que l’animal sera accueilli dans de bonnes conditions. Malheureusement, le nombre d’animaux que nous parvenons à placer dans l’année reste inférieur à celui de ceux que nous recueillons.»

18h Le bon côté du métier
«On emmène régulièrement les chiens jusqu’à notre terrain de jeu pour les laisser s’ébattre librement.» 

Texte © Migros Magazine – Alexandre Willemin

Auteur: Alexandre Willemin

Photographe: Gregory Collavini