Archives
23 février 2015

L'appel de la meute

La nuit, il est infirmier-ambulancier. Le jour, musher. Eric Chateau et ses huskies parcourent 2000 km chaque année dans la vallée de La Brévine – la petite Sibérie de la Suisse – pour pouvoir s’aligner ensuite sur des courses de traîneaux longue distance.

Eric Chateau et ses huskies photo
Eric Chateau n'a pas de chiens préférés. Il adore tous ses huskies!

Eric Chateau, sa femme et leurs deux enfants ont quitté la Savoie voilà douze ans pour s’installer à La Chaux-du-Milieu. «On voulait changer de vie et on a atterri à la vallée de La Brévine. On ne savait même pas que cette région était surnommée la petite Sibérie.» Terre de frimas et d’asile donc pour ce spécialiste des courses de traîneaux longue distance et sa joyeuse meute de huskies.

Pour assouvir sa dévorante passion, ce quinqua travaille comme infirmier-ambulancier à l’Hôpital du Jura bernois. Un métier qu’il exerce essentiellement la nuit, ce qui lui laisse le loisir de jouer au musher le jour.

J’ai treize chiens pour le moment.»

Avec lesquels il s’entraîne d’arrache-patte pour participer à une ou deux compétitions par année, des épreuves d’endurance comme la Femundlopet en Norvège (400 km à parcourir avec des températures descendant parfois jusqu’à moins 50 °C) ou la Grande Odyssée Savoie Mont- Blanc (750 km en dix jours avec plus de 25 000 m de dénivelés positifs cumulés).

Pas frileux, Eric Chateau rêve de Grand Nord, de périples en traîneau toujours plus extrêmes. «Mon grand fantasme? Partir à l’aventure comme Nicolas Vanier!»

Une journée avec Eric Chateau

Eric Chateau fait une sieste.

8h00: le sommeil du juste «Je n’ai pas besoin de beaucoup dormir pour récupérer. La durée de ma sieste dépend de ce que j’ai vécu la nuit et aussi de mes projets. Par exemple, les mois qui précèdent les courses, elle est très raccourcie pour que je puisse suivre un entraînement physique chez un coach sportif.»

Eric Chateau cuisine.

11h00: aux fourneaux «Comme ma femme travaille et n’a qu’une courte pause au milieu de la journée, c’est moi qui prépare le repas de midi. Et puis, j’aime bien cuisiner, concocter de bons petits plats pour nos amis.»

Eric Chateau entraîne ses huskies.

13h00: un travail d’équipe «Les places dans l’attelage sont attribuées en fonction du caractère et de la force de chaque animal. Ceux qui se trouvent en tête – Cayak et Edelweiss – sont les plus importants, ce sont eux qui dictent le rythme et la vitesse. Mais je n’ai pas de chiens préférés, ils sont tous adorables.»

14h00: des coureurs de fond «Mes huskies sont des athlètes de haut niveau, des marathoniens des neiges comme on dit. L’entraînement s’étend sur huit ou neuf mois et nous parcourons quelque 2000 km durant cette période pour qu’ils soient parfaitement affûtés lors des compétitions.»

Eric Chateau prend une pause avec ses chiens.

17h00: la récréation «Après l’entraînement, les chiens mangent et ensuite je passe un moment avec eux. Je leur donne de l’amour et eux me le rendent en course. Les huskies sont travailleurs, mais ils ont un peu le même caractère que les chats: ils sont indépendants, têtus et ont conservé leur instinct sauvage de chasseur.»

Eric Chateau commence son travail d'ambulancier.

19h00: le chant de la sirène

«Etre infirmier-ambulancier, c’est un peu comme aux urgences où j’ai travaillé de nombreuses années, il n’y a pas de routine, on ne sait pas ce qui va nous tomber sur la tête durant la nuit.»

Auteur: Alain Portner

Photographe: Matthieu Spohn