Archives
13 février 2012

L’appel du Grand Nord

Cette BMW 118i Urban Line 2012 donne l’envie de rouler loin, très loin…

Photo de la  BMW 118i Urban Line 2012, en rouge.
La BMW 118i Urban Line 2012.

A l’heure à laquelle j’écris ces lignes, je ne sais pas encore si je restituerai cette voiture ou si je ne m’enfuirai pas plutôt dans un pays fort lointain pour ne plus jamais réapparaître… Et ce n’est pas Anita qui me contredira, elle qui s’est jointe à mon émerveillement lors d’une charmante virée du côté des 4 Vallées.

Bien que nous ne partions que pour une nuit, le coffre de 360l (1200 l banquette rabattue) était plein à craquer et nous avions hâte de ­tester ce petit joyau sur les routes ­enneigées. Non pas que le comportement de la 118i soit ennuyeux sur route sèche, bien au contraire! Sa puissance, son ­dynamisme et sa tenue de route procurent un effet grisant à coup sûr. Mais passionnée de montagne, je me suis toujours interrogée sur l’utilité de posséder une voiture du genre si la moindre intempérie contraint son conducteur à laisser sa belle au garage et préférer les transports publics.

Alors que sur le bord des routes fleurissaient les voitures en ­difficulté, la 118i arpentait les chemins avec témérité. A allure ­relativement soutenue, le voyant de l’anti-patinage s’affolait ­parfois, mais rares ont été les occasions où avec ma passagère nous ayons ressenti une esquisse de glissade.

Nous n’étions pas là pour jouer les intrépides ou mettre en péril notre sécurité, mais, pour les besoins de l’enquête, j’ai toutefois osé quelques accélérations sur une route peu ­fréquentée. Si, comme il fallait s’y attendre, la voiture patinait et dodelinait un peu, il m’était très facile d’en reprendre le contrôle grâce à son système de sécurité hautement perfectionné. Un vrai régal et que d’émotions en y repensant!

D’ailleurs, arrivée à la fin de cette chronique, l’envie est encore plus forte de me faire la belle au fin fond de la Norvège avec «ma» 118i et de rouler jusqu’au bout de la nuit polaire.

Et dans la vraie vie, elle est comment cette voiture?

La BMW qui devient à la fois un centre de divertissement et un bureau mobile.
La BMW devient à la fois un centre de divertissement et un bureau mobile.

La connectivité
Avec les accessoires de connectivité, smartphone, iPhone ou iPad s’intègrent parfaitement à bord de la BMW qui devient à la fois un centre de divertissement et un bureau mobile. En un geste, le smartphone se branche dans l’accoudoir central et se relie au centre média.

Un moteur aux performances impressionnantes.
Un moteur aux performances impressionnantes.


Le moteur
Le moteur de 1,6 l, doté d’un ensemble de technologies intelligentes, engendre des performances impressionnantes, un couple élevé et une consommation incroyablement basse et des émissions de CO2 de 134 g / km.


A choix un mode SPORT pour plus de dynamisme ou un mode ECO pour une conduite éco-efficiente.
A choix un mode SPORT pour plus de dynamisme ou un mode ECO pour une conduite éco-efficiente.

Le mode ECO PRO
En plus de la fonction Start/Stop, de la récupération d’énergie de freinage, la 118i possède une touche ECO PRO. A choix un mode SPORT pour plus de dynamisme ou un mode ECO pour une conduite éco-efficiente.


Les commandes du tableau de bord sont accessibles et intuitives.
Les commandes du tableau de bord sont accessibles et intuitives.

Le tableau de bord
Les commandes sont accessibles et intuitives. On se balade dans les menus grâce à une roulette située sur la console centrale. Le système demande un petit temps d’adaptation, mais son fonctionnement se maîtrise assez rapidement.

Un habitacle luxueux et sportif.
Un habitacle luxueux et sportif.

L’habitacle
Presque futuriste avec ses inserts laqués d’un joli blanc nacré qui habillent tableau de bord et portières. Finitions parfaites. Luxueuse et sportive à la fois, la BMW 118i s’améliore pour ses passagers arrière qui gagnent un chouilla de place dans cette nouvelle version.

Auteur: Leïla Rölli