Archives
21 janvier 2013

L’art de la montgolfière

Plombier de profession, Xavier Feal vit au rythme du vol contemplatif des ballons à air chaud, dont le grand rendez-vous commence samedi à Château-d’Œx.

Xavier Feal chez lui
Xavier Feal: «Voler, c’est un rêve d’enfant. Avec la montgolfière, je me suis rapidement pris au jeu. J’ai croché et j’ai passé ma licence de pilote.»

Xavier Feal ne quitte guère le ciel de Château-d’Œx des yeux. Le 35e Festival international de ballons débute samedi. Et le ciel n’a pas intérêt à lui refaire le coup de l’an dernier. «Trois jours de vol possibles sur neuf», se désole le directeur technique de la manifestation. Autrefois, il s’intéressait davantage à la descente des siphons qu’aux courants ascendants.

Dans les années 1990, une période de chômage pousse ce plombier à postuler pour un poste d’équipier de vol pour le ballon à air chaud de la commune. «L’équipier, c’est celui qui aide à préparer le matériel. Puis, une fois la mont-golfière en vol, qui rejoint le point d’atterrissage et attend.»

Après quatre ans cloué au sol, l’envie se fait pressante de monter dans la nacelle pour celui qui, enfant, rêvait de piloter un hélicoptère. «Je me suis très rapidement pris au jeu. J’ai croché et passé ma licence de pilote.» Xavier Feal a même été pilote professionnel au sein de SkyEvent, la structure commerciale proposant dans les Alpes vaudoises des vols de tourisme.

Même s’il n’est plus professionnel depuis 2001, ce passionné vole encore régulièrement et se trouve donc astreint à un renouvellement de sa licence comme un aviateur. «Je reste d’ailleurs à disposition de SkyEvent.» Ce qui lui offre parfois de jolies surprises. Comme, début janvier, ce vol en compagnie de son collègue Raphaël Zuccolo et de… Johnny venu avec Laeticia admirer le panorama depuis les hauteurs de Gstaad. «On a parlé d’Elvis Presley, mais pas d’Eddy Mitchell qui est un de mes chanteurs préférés. C’était détendu, très sympa.» A l’image du vol en montgolfière lui-même, aux antipodes d’une recherche de performance: porté par le vent, le ballon arrête le temps pour offrir une vue unique à 360 degrés. Comme un éloge de la lenteur.

Xavier Feal en quelques mots


«Je ne l’oublie jamais avant de partir.»
«Je ne l’oublie jamais avant de partir.»

Un objet indispensable pour voler

«Ma sacoche avec mes cartes aéronautiques et un GPS. Ce n’est pas une obligation, mais je ne l’oublie jamais avant de partir.»



Le téléphone portable, un objet indispensable à Xavier Feal.
Le téléphone portable, un objet indispensable à Xavier Feal.

Un accessoire que j’ai toujours sur moi

«Mon portable! Evidemment ces temps-ci, mais le reste de l’année aussi. Même en vacances, j’ai de la peine à l’éteindre.»



La détente à portée de main!
La détente à portée de main!

Un lieu de ressourcement

«Les bains thermaux. Avec mon épouse et mes enfants, nous allons souvent à Lavey-les-Bains ou à Loèche.»



Un peu d'exotisme plaît à Xavier Feal. (Photo: Istockphoto)
Un peu d'exotisme plaît à Xavier Feal. (Photo: Istockphoto)

Destiantion de rêve

«La Polynésie, pour ses paysages et pour y plonger, aussi. Nous vivons à la montagne, alors une fois par an j’ai besoin de voir la mer. Et là-bas, elle est exceptionnelle…»



La recommandation d'un connaisseur.
La recommandation d'un connaisseur.

Un endroit où j’aime aller

«J’ai deux ou trois adresses à Château-d’Œx où je vais volontiers boire un verre ou manger avec des amis. La pizzeria Le Richemont, notamment.»

Auteur: Pierre Léderrey

Photographe: Laurent de Senarclens