Archives
2 mai 2016

L’art s’installe dans le parc

Le vernissage de l’exposition Malbine, organisée en collaboration avec Art for Help, marque le lancement d’une nouvelle saison culturelle dans le parc Pré Vert. Avec une ribambelle de nouveautés à découvrir tout au long de l’été.

Signal de Bougy
Entre Genève et Lausanne, le Signal de Bougy offre un écrin de rêve à de nombreuses activités.

Une éclaircie aussi belle qu’opportune est venue illuminer le parc Pré Vert du Signal de Bougy ce samedi matin 16 avril 2016. Juste à point pour marquer le lancement d’un nouveau programme culturel et artistique qui va se dérouler au fil des saisons et des années.

Le premier acte, fondateur, est l’exposition de Malbine qui a été vernie ce jour-là: une quarantaine de sculptures en bronze aux contours doux, montrant des enfants et jeunes adultes dans des activités souriantes, véritable souffle de joie et d’optimisme. Installées dans le Jardin de Madame, elles célèbrent deux grandes dames: la sculpteuse au parcours atypique, qui vient de fêter ses 99 printemps, et Adèle Duttweiler, épouse du fondateur de Migros, qui est à l’origine des parcs Pré Vert et à qui cet espace de sérénité est dédié.

La sculpture sous forme interactive

L’exposition, installée pour dix ans, est le résultat du partenariat développé par le Signal de Bougy et la fondation Art for Help, créée par Malbine afin d’apporter un soutien aux enfants en détresse. Leur collaboration va se décliner avec l’organisation d’une exposition chaque année, la prochaine étant celle de la sculpteuse Anna Sutter au début de l’été.

Les curieux pourront aussi découvrir l’expo «La magie à travers les âges» en juin et, en juillet, les incroyables jeux réalisés avec des matériaux de récupération par l’artiste catalan Joan Rovira, «Gargot de Joc».

Cette ouverture sur les arts plastiques ne se restreindra pas à de belles pièces à voir et à toucher. «Avec l’exposition d’Anna Sutter, il y aura un quiz avec un atelier pour tester la dureté des pierres à l’aide d’un grattoir», explique Sylvie Hofstetter, responsable de communication du parc et cheville ouvrière de ce nouveau programme. L’artiste sera également là pour rencontrer le public. «Nous souhaitons rendre ces expositions aussi interactives que possible, car le Signal de Bougy est familial.»

Sylvie Hofstetter, responsable de communication du Signal de Boug
Sylvie Hofstetter, responsable de communication du Signal de Bougy.

En avant la musique

La musique aura aussi son mot à dire dans cette nouvelle programmation. Deux groupes sont déjà annoncés: Agora Musique Ensemble, qui met en scène trois contes de Grimm avec une comédienne. «Ils sont très interactifs et parviennent à capter l’attention des enfants», se réjouit Sylvie Hofstetter. Ou encore les variétés et reprises de la Bandella du TLM (Transport Lausanne Music), groupe de musiciens issus de l’orchestre des Transports publics lausannois.

«Nous avons décidé de promouvoir des artistes de la région. Nous avons les infra­structures, avec un amphithéâtre à l’extérieur et des salles à l’intérieur. Nous recevons d’ailleurs souvent des demandes», détaille la responsable de communication.

Spectacles, ateliers culinaires et sports

Ces nouveautés compléteront les activités déjà bien implantées comme les spectacles de clown, les ateliers pain et pizza et les lectures de contes destinés aux enfants. Le programme s’étoffe par ailleurs d’un atelier théâtre et d’un atelier petit fermier qui permet aux enfants d’approcher les animaux du parc. Et dès les beaux jours, des ateliers basket et beach volley seront proposés.

En attendant ces prochains rendez-vous, les statues de Malbine attendent petits et grands sous les frondaisons printanières. Et donnent l’occasion de découvrir un personnage étonnant. Née le 12 avril 1917 de parents juifs à Berlin, Ursula Malbin a passé une enfance difficile avant de fuir l’Allemagne nazie en 1939, un mois avant la déclaration de guerre, et de trouver refuge à Genève. Mariée au sculpteur Henri Pâquet, dont elle a eu une fille, cette femme au caractère fort a dédié son travail à la beauté et au figuratif tout en menant une vie totalement non conformiste. En 2011, elle a fondé Art for Help afin d’apporter de l’aide aux enfants en détresse.

Auteur: Anne-Isabelle Aebli

Photographe: Jeremy Bierer