Archives
5 novembre 2012

L’esprit Migros vit

Lors de la 172e assemblée des délégués de la Fédération des coopératives Migros, les participants ont notamment réfléchi à ce que doit être idéalement Migros.

Andrea Broggini discutant autour d'une table de travail
Pour Andrea Broggini, président de l’administration Migros, la gestion des talents à tous les échelons hiérarchiques est primordiale.

Pour les cinquante-trois nouveaux membres – ils sont en fonction depuis deux mois à peine –, l’assemblée des délégués du 27 octobre 2012 était l’occasion de saisir l’entité Migros dans toute sa complexité. En effet, avec les membres de la direction générale de la Fédération des coopératives Migros (FCM) et les invités de la communauté Migros, les cent onze délégués venus de toutes les régions de Suisse ont discuté de la signification d’une idée répondant au nom de «Migros» et dont le concept novateur lancé voilà quatre-vingt-sept ans a façonné et façonne toujours grandement notre pays.

Peter Birrer, président de la Fondation Gottlieb et Adele Duttweiler, qui veille au respect des statuts, des conventions et de la philosophie du fondateur Migros, a souligné dans son introduction l’identité du distributeur: «Nous ne sommes pas une communauté fondée sur l’intérêt mais sur des valeurs.»

Les délégués et les invités réunis en différents groupes de travail ont ensuite débattu des thèses du fondateur publiées en 1950 ainsi que de leur signification au XXIe siècle.

L’engagement des participants était manifeste, et les échanges ont témoigné de la vitalité de l’idée Migros qui, rappelons-le, reste basée sur une gestion orientée vers le bien commun et dont beaucoup d’observateurs cherchent un équivalent.

Concilier économie et bien commun

La réflexion sur la question centrale de l’identité devait fournir à l’administration, l’organe stratégique de Migros, une inspiration et une ligne directrice pour l’action concrète.

Parmi les axes fondamentaux constitutifs de l’idée Migros, le nouveau président de l’administration, Andrea Broggini, a cité la gestion des talents, c’est-à-dire la recherche et l’encouragement de collaborateurs de qualité à tous les niveaux, l’effort au sein du groupe pour atteindre la meilleure efficacité et, enfin, le Pour-cent culturel, constituant un lien idéal entre Migros et les secteurs les plus divers de notre société.

Migros n’est pas une communauté basée sur l’intérêt mais sur des valeurs.

Pour Andrea Broggini comme pour les délégués, il s’agit de maintenir cet équilibre entre rentabilité et bien commun et de garder cette idée vivante, sans céder aux sirènes du marché.

Les représentants des dix coopératives Migros vont poursuivre au niveau régional cette discussion sur l’identité, sur leur propre rôle, sur celui des comités coopératifs au sein de la communauté Migros et enfin sur les mesures nécessaires pour que l’idée Migros s’harmonise encore mieux avec les besoins de la société et les défis de l’économie. Ces thèmes resteront à l’ordre du jour et occuperont encore les prochaines assemblées de délégués.

Transparence et gestion responsable

Pour Andrea Broggini, président de l’administration Migros, la gestion des talents à tous les échelons hiérarchiques est primordiale.
Pour Andrea Broggini, président de l’administration Migros, la gestion des talents à tous les échelons hiérarchiques est primordiale.

La question de la gouvernance d’entreprise, un sujet tout aussi exigeant, était ensuite au cœur des débats. Celle-ci repose sur des principes de gestion responsables ainsi que des contrôles transparents et se fonde notamment sur les dispositions du droit suisse sur les coopératives, les statuts de la FCM ou encore des directives externes qui, pour beaucoup de sociétés, vont de soi aujourd’hui.

La présidente de l’assemblée des délégués, Ursula Nold, a alors demandé aux participants de prendre activement part à une autre réflexion. Ainsi, au lieu de plancher sur des dossiers particuliers et des aspects partiels de cette gouvernance, ils sont invités à l’envisager dans son ensemble.

Lors de la prochaine assemblée des délégués du printemps 2013, les résultats de leurs délibérations seront présentés sous forme de propositions concrètes, sur lesquelles les délégués auront à se prononcer par un vote.

La suite de la journée a été consacrée aux sujets statutaires habituels. Herbert Bolliger, président de la direction générale de Migros, s’est montré bref. En effet, le 1er septembre dernier, il avait déjà informé les délégués sur le cours des affaires lors de l’assemblée constituante.

Cela étant, Herbert Bolliger avait néanmoins quelques nouveautés à présenter malgré le court laps de temps écoulé depuis. Hormis le succès de Migrolino, en pleine expansion, il a exposé aux délégués le nouveau modèle commercial innovant de LeShop.ch Drive et a également évoqué la forte croissance et la bonne santé de la Banque Migros.

Au final, les délégués ont pu retenir une chose: seule une gestion efficace donne les ressources et l’élan nécessaires pour se consacrer au bien public. Migros l’a bien compris et le prouve continuellement.

Auteur: Daniel Sidler

Photographe: Severin Nowacki