Archives
6 février 2012

L’humour au bout du crayon

Sen, dessinateur humoristique, déborde d’actualité, entre trait politique et parodie tintinesque. Le Vaudois ne cache pas qu’il a dû manger de la vache enragée pour vivre de son art.

Sen, dessinateur humoristique

Journaux, TV, BD et même peluches: le trait rondouillard de Sen est partout. «Je suis dessinateur humoristique depuis plus de vingt ans, et pour en vivre ici, pas trente-six solutions: multiplier les collaborations, prospecter, croire en soi.» Depuis neuf ans, chaque vendredi, le dessinateur lausannois a les honneurs du Journal de Morges.

Actuellement l’ouvrage ne manque pas, puisqu’il prépare une série de saynètes humoristiques pour la télévision belge. Il y a aussi ce troisième (et dernier) coffret parodique de Tintin, réalisé avec ses camarades de feu l’Association des dessinateurs romands. «Une belle aventure qui a eu l’autorisation de Moulinsart SA, les ayants droit de l’œuvre d’Hergé. Hélas, ils ont changé d’avis depuis 2004, et du coup on en reste là.»

Sen n’en est pas à son premier pied de nez à la profession. En 2008, plusieurs personnalités en vue, comme ses copains les Frères Taloche, Manuella Maury ou Darius Rochebin, acceptent de souffler avec lui les dix bougies d’Agulhon, le Père Noël né en 1997 dans les pages du quotidien vaudois 24 Heures. En 2006, son particularisme de dessinateur humoristique de droite lui vaut d’être choisi par le grand argentier du canton, pour son Petit Broulis illustré. 15 000 exemplaires vendus, un record pour un abécédaire politico-civique.

Oui, Sen vit de son crayon aujourd’hui, mais cela n’a pas toujours été facile avec notamment une première décennie «où j’ai bien galéré», avoue-t-il en rappelant que moins d’une dizaine d’auteurs en Suisse romande vivent de leur coup de crayon. Dessin publicitaire, dessin de presse, et désormais jeu vidéo pour le compte du Parti libéral-radical vaudois. «J’ai repris mon personnage du chien qui conduit une niche motorisée dans un circuit à la Mario Kart.»


Taratatin, le Tintin parodique de Sen.
Taratatin, le Tintin parodique de Sen.

Un dérivé de mon travail
C’est la figurine de ­Taratatin, mon Tintin parodique. Il n’en existe que 9 au lieu des 99 prévus, parce que Moulinsart SA a pris prétexte d’un objet tiré des albums d’Hergé (ici le chapeau de Tournesol) pour ­menacer d’un procès. Du coup, c’est devenu un vrai collector.


«Ola», la vache en peluche.
«Ola», la vache en peluche.

Un clin d’œil
Cette vache en peluche. Elle date de 2004 et s’appelle «Ola». J’étais le premier dessinateur en Suisse à en faire une, et elle s’est très bien vendue à travers tout le pays. Il y a eu ensuite un cochon, un renne et un ours, qui ont un peu moins bien marché.


Le Brésil, destination de rêve.
Le Brésil, destination de rêve. (Photo: istockphoto)

Destination de rêve
Le Brésil, dont ma femme est originaire. Je l’ai rencontrée ici, lors d’une dédicace, mais elle a bien sûr tenu à me faire découvrir ce pays ­magnifique. Rio, notamment, m’a laissé un grand souvenir.


Un chocolat chaud au Balzac.
Un chocolat chaud au Balzac.

Une gourmandise
Le chocolat chaud, que je vais souvent déguster dans son temple morgien, le Balzac. Au grand dam de mon poids. Mais ils en proposent une telle variété et l’endroit est si sympa qu’il m’est impossible de résister.


Le troisième et dernier coffret de «l’Atelier du Radock».
Le troisième et dernier coffret de «l’Atelier du Radock».

Son dernier travail
Le troisième et dernier coffret de «l’Atelier du Radock», avec cette fois quatre aventures aux USA. Comme les précédents, les 500 exemplaires numérotés partent très vite.

Auteur: Pierre Léderrey

Photographe: Loan Nguyen