Archives
18 juillet 2016

L’impact écologique (discret) de notre quotidien

Notre chroniqueuse Leïla Rölli s'intéresse cette semaine à l'impact écologique de notre quotidien. Par exemple, saviez-vous qu'une paire de jeans était l'un des produits les plus polluants de la Terre?

Notre chroniqueuse Leïla Rölli.

Avec la prise de conscience écologique, nul n’est sans savoir qu’il est préférable d’éviter de manger des asperges fraîches en novembre ou de laisser la fenêtre de la voiture ouverte lorsque la climatisation est en marche. Mais il y a toute une tripotée d’actions, d’apparence anodines, qui sont comme autant de petits microbes qui viennent s’attaquer au système immunitaire d’une planète déjà bien enrhumée, sans qu’on s’en aperçoive vraiment.

Prenons par exemple l’achat d’une banale paire de jeans, un vêtement qui se trouve dans toutes les penderies à au moins un exemplaire. Eh bien, figurez-vous qu’il s’agit d’un des produits les plus polluants de la terre! Pour produire un seul de ces pantalons en denim, il faut en moyenne 1,5 kg de coton qui nécessite environ 10 000 litres d’eau avant d’être cueilli.

Ce coton généralement cultivé en Inde sera ensuite tissé au Pakistan, teint en Chine à grand renfort de produits chimiques, découpé et cousu en Turquie, puis envoyé aux quatre coins du monde afin d’être stocké, distribué puis vendu. Le jean que vous portez peut-être en ce moment aura parcouru près de 65 000 km, pollué des cours d’eau et altéré un peu plus la santé de travailleurs avant d’arriver sur vos gambettes.

L’idéal, en Suisse, serait de porter un jean en coton bio du Seeland teint avec de la pomme de terre violette de Saint-Gall... ou simplement se promener nus comme des vers. Mais pour la majorité des gens pour qui ces deux options ne sont pas vraiment envisageables, être conscients des faits, miser sur des marques équitables, résister aux diktats de la mode et entretenir une vieille paire de jeans avec une teinture annuelle, c’est déjà aller dans le bon sens!

Texte: © Migros Magazine | Leïla Rölli

Auteur: Leïla Rölli