Archives
1 juin 2015

L’intelligence part en fumée

La fumette, ça ne fait pas seulement planer. Non, le cannabis rend con, aussi. Si les jeunes savaient ce qu’ils risquent…

Un homme penché au-dessus d'un plan d'eau en forme de tête.
Le saviez-vous? La chronique d'Isabelle Kottelat.
Isabelle Kottelat.
Isabelle Kottelat, chroniqueuse.

Fumer des joints quand on n’a pas 25 ans fait tout bonnement chuter l’intelligence. Une étude néozélandaise a suivi des enfants, qui affichent aujourd’hui une petite quarantaine, entre l’âge de 13 et 38 ans. Ils ont mesuré leur intelligence avant et après une consommation de cannabis.

Le résultat est édifiant: ceux qui ont commencé à fumer du cannabis à l’adolescence ont perdu jusqu’à 8 points de quotient intellectuel (QI) – pour les consommateurs chroniques – entre l’enfance et l’âge adulte! Certes, pas de quoi passer sous le seuil de la débilité, situé à 70, si on démarre avec un QI moyen de 100. Mais quand même de quoi être désavantagé dans les grands moments de la vie par rapport aux potes: les neurones en ramassent un coup. Vous mémorisez moins bien, vous raisonnez plus difficilement, vous patinez un peu, quoi! Et pas la peine d’arrêter le cannabis, c’est trop tard.

Moralité, autant attendre 25 ans pour commencer la fumette. Parce que là, le cerveau est complètement formé, au contraire de l’adolescence où il est en pleine construction et où les joints viennent mettre la pagaille. Quand ils n’empêchent pas carrément la finition du chantier.

Texte © Migros Magazine – Isabelle Kottelat

Auteur: Isabelle Kottelat