Archives
30 juillet 2012

La biodiversité est dans le pré

Tout en garantissant le maintien de la flore et de la faune sauvages, le label TerraSuisse regroupe des produits issus d’exploitations agricoles suisses respectueuses de la nature et des animaux.

Hansueli Scheck et les fans de TerraSuisse dans un champ de blé
Le paysan Hansueli Scheck (à gauche) a accueilli dans les espaces réservés aux 
alouettes des champs les fans du label TerraSuisse sur Facebook.

A travers TerraSuisse, Migros favorise la diversité biologique et paysagère de notre pays. Pour ce faire, le distributeur travaille en étroite collaboration avec l’Association suisse des paysans pratiquant la production intégrée (IP-Suisse).

Membre de ce regroupement, l’agriculteur Hansueli Scheck a aménagé ce printemps dans ses champs de céréales près de Schaffhouse sept zones protégées pour les alouettes en plantant des fleurs sauvages.

L’initiative s’est déroulée dans le cadre d’une campagne lancée par Migros en septembre dernier: chaque fois qu’un utilisateur de Face­book cliquait sur le bouton «J’aime» de la page Terra- Suisse, Migros offrait des graines de fleurs sauvages permettant d’ensemencer une surface d’un mètre carré. En tout, 21 709 clics ont été enregistrés, si bien qu’au printemps, les plus de mille paysans IP-Suisse ayant pris part à cette action ont pu semer des fleurs sauvages sur une surface équivalente. De quoi créer des habitats pour des espèces rares d’oiseaux et d’insectes.

A la mi-juillet, Hansueli Scheck a accueilli quelques-uns de ces fans Facebook dans sa ferme. Abeilles, papillons et autres insectes s’activaient dans les zones pour alouettes. «Au début, certains visiteurs craignaient de se faire piquer», sourit l’agriculteur.

Hérissons et lièvres retrouvent leur habitat

Grâce aux mesures de TerraSuisse, des animaux sauvages comme le lièvre commun trouvent des lieux où se réfugier. (Photo: Fotolia
Grâce aux mesures de TerraSuisse, des animaux sauvages comme le lièvre commun trouvent des lieux où se réfugier. (Photo: Fotolia)

Quelque 12 000 paysans IP-Suisse sont affiliés au programme TerraSuisse. Ils s’engagent à conserver les habitats existants des animaux sauvages et des plantes rares, tout en en créant de nouveaux. Pour cela, les paysans doivent respecter des directives élaborées en collaboration avec les scientifiques de la Station ornithologique suisse de Sempach. «Suite à l’introduction de TerraSuisse, plus de deux tiers des paysans IP-Suisse ont dû fournir des prestations écologiques supplémentaires. Le programme est très exigeant», souligne Simon Birrer, de la station ornithologique.

L’effort s’avère toutefois payant: les diverses mesures ont permis au putois et au lièvre commun de trouver refuge dans les surfaces non cultivées. Quant au hérisson qui aime le désordre, il peut désormais élever sa progéniture dans les tas de branches et de feuilles.

Les efforts des paysans portent leurs fruits

En Suisse, la part d’espèces animales et végétales menacées ou disparues est la plus élevée d’Europe. Comment en est-on arrivé là? «Il existe de nombreuses raisons à ce recul de la biodiversité. La principale est l’exploitation intensive de la quasi-totalité des surfaces du pays. Chaque seconde, un mètre carré de sol disparaît en moyenne sous le béton ou l’asphalte. C’est ainsi que disparaissent les biotopes», regrette Simon Birrer.

Il n’empêche: «Le label TerraSuisse fait bouger les choses», poursuit le scientifique. Rien qu’en 2010, les paysans IP-Suisse ont planté plus de 11 000 arbres fruitiers haute tige et 7,5 kilomètres de haies, ils ont ensemencé des fleurs sur plus de 260 hectares de prairies et aménagé 200 hectares de jachères.

«Des exemples encourageants montrent que, grâce à cet engagement, la nature commence à se rétablir localement ou régionalement», se réjouit Simon Birrer. De fait, la station ornithologique a récemment étudié les plantes, les sauterelles, les papillons et les oiseaux chez quatre-vingts paysans. Les premiers résultats l’indiquent: «Nous avons maintenant la preuve scientifique que les prestations des paysans IP-Suisse ont des effets positifs sur la biodiversité.»

Simon Birrer est confiant en l’avenir: «Sachant qu’au total 20 000 paysans sont membres d’IP-Suisse, nous voyons un grand potentiel. A cet égard, le rôle des consommateurs sera déterminant, puisque ce sont eux qui soutiennent la biodiversité par l’achat de produits TerraSuisse.»

Auteur: Christoph Petermann

Photographe: Daniel Kellenberg