Archives
19 septembre 2016

La capillarité, essentielle à la survie du monde végétal

La capillarité? Une nouvelle mode, un problème de calvitie ou le moyen utilisé par les plantes pour se nourrir?

Le petite Nathan va tenter de comprendre comment se nourrissent les plantes.

1 Un rouleau de papier ménage (un qui a un bon pouvoir d’absorption), cinq verres, de l’eau et quelques fioles de colorant alimentaire. Nathan est fin prêt. L’expérience peut démarrer.

2 Notre apprenti scientifique remplit trois verres avec de l’eau. Puis il verse dans chacun d’eux quelques gouttes de colorant. Enfin, il aligne les cinq verres devant lui en alternant les pleins et les vides.

3 Nathan roule quatre feuilles de papier ménage qu’il place ensuite de manière à ce que celles-ci relient les verres entre eux. Si les explications sont confuses, faites simplement comme sur la photo!

4 Après quelques minutes, les verres vides commencent à se remplir et les couleurs primaires utilisées à se mélanger. Le rouge et le jaune donnent de l’orange, le jaune et le bleu du vert. Wunderbar!

Le phénomène

Grâce à la capillarité, l’eau est capable de défier la gravité et donc de remonter tout le long du papier absorbant pour arriver jusqu’à l’autre verre. Avec le temps, les verres vides vont donc se remplir et les pleins se vider jusqu’à ce que le liquide atteigne le même niveau dans tous les récipients. Si ce phénomène permet de réaliser une expérience colorée, il est surtout essentiel à la survie du règne végétal, puisque les plantes se nourrissent justement grâce à la capillarité.

Texte: © Migros Magazine / Alain Portner

Auteur: Alain Portner

Photographe: Mathieu Rod