Archives

La cathédrale est son royaume

Figure emblématique de Lausanne, le guet Renato Häusler veille presque toutes les nuits sur la cité endormie. Le jour, il se consacre à sa passion: les illuminations de monuments et d’événements.

Renato Häusler
Renato Häusler, guet de la cathédrale de Lausanne.

«C’est le guet. Il a sonné dix. Il a sonné dix!» A trente mètres au-dessus de Lausanne illuminée, Renato Häusler égrène les heures de la nuit de sa voix chaude. Quelque 153 marches plus bas, des têtes se lèvent pour apercevoir le guet, figure marquante de la cité depuis l’an 1405. Coiffé de son grand chapeau noir et balançant sa lanterne – «le guet n’a jamais eu de tenue officielle, mais j’ai demandé à avoir ces attributs dès le départ. Le chapeau est un simple chapeau de cantonnier» – Renato Häusler est nimbé de lumière bleue ce soir-là: la cathédrale a été éclairée de manière spéciale pour marquer la journée mondiale de l’autisme. «D’habitude, il y a un halo doré, c’est très beau à voir.»

La lumière, c’est sa passion. Il vient même de quitter son travail de jour pour pouvoir se consacrer totalement à son autre activité: les illuminations. «J’ai eu le déclic une nuit, alors que je traversais la cathédrale à la lueur de ma lanterne. Le jeu de l’ombre et de la lumière sur les colonnes était incroyable, et je me suis dit que ce serait beau d’éclairer l’espace uniquement à la bougie.» Il réalise son rêve en octobre 2005, lorsqu’il illumine la cathédrale de deux mille bougies. «Kalalumen» était né. Depuis, il a déjà éclairé de nombreux monuments en Suisse et en France. Et compte bien donner dorénavant libre cours à son projet: soutenir le patrimoine bâti en y proposant des illuminations sur plusieurs soirs. Tout en continuant à magnifier à la demande tout autre événement, même privé. Et à veiller, la nuit, sur la cité endormie.

Réveil

8 h 00: réveil
«Après avoir fait le guet de 22h à 2h, je termine ma nuit sur place. «Marie-Madeleine» - la cloche principale de 6600 kg - continue de marquer les heures juste derrière la paroi. Mais j’y suis tellement habitué que je ne l’entends plus!»

Rituel du marché à Lausanne.

8 h 30: rituel
«Le samedi, j’adore aller au marché. On y retrouve toute l’âme de Lausanne.»

Manutention.

10 h 00: manutention
«Dans cet entrepôt, je stocke tout le matériel pour faire mes bougies et mes lanternes. J’ai besoin de beaucoup de place, car chaque illumination exige en général plusieurs centaines, voire des milliers d’éléments!»

Projets d'illuminations. (Photo: François Vittoz)

Projets
«J’ai reçu dernièrement un courriel d’une dame qui me demande d’illuminer bientôt une grande tente vitrée au Jardin des Tuileries, à Paris. Chacune de mes illuminations est différente, et permet de créer une atmosphère particulière, propre au lieu.»

Relations publiques.

15 h 30: relations publiques
«Maintenant que j’ai quitté mon travail, je vais avoir enfin du temps pour multiplier les contacts. C’est important si je veux développer mon projet.»

Artisanat

Artisanat
«Durant la nuit, je fabrique des bougies, ainsi que des bocaux contenant de la cire liquide. Les lanternes peuvent être suspendues, posées par terre ou plaquées contre un mur. Un ami a créé un appareil qui me permet de tenir les bougies inclinées, quand je désire faire différentes couleurs en diagonale.»

Musique

Musique
«J’ai les partitions de toutes les symphonies de Beethoven. J’apprécie particulièrement la beauté des œuvres de ce compositeur, découvert grâce à mon père, qui me faisait écouter la 7e quand j’étais enfant. Beethoven est quelqu’un qui compte énormément pour moi - tout comme Gandhi, que j’admire beaucoup. J’ai d’ailleurs punaisé leur photo au mur.»

22 h 00: noctambule
«Juste avant de monter dans le beffroi, je fais le plein d’eau à la fontaine, située au pied de la cathédrale: il n’y a bien sûr ni eau courante ni WC, mais mon abri est chauffé et il y a l’électricité. J’ai commencé par remplacer le guet de temps à autre durant quatorze ans, et je suis devenu titulaire en 2002. Depuis, je passe ici cinq nuits par semaine.

© Migros Magazine - Véronique Kipfer

Le guet filmé à l'aide d'un drone par Valentin Dubach:

Auteur: Véronique Kipfer

Photographe: Mathieu Rod