Archives
13 août 2012

La chaise de tous les dangers

Rester trop longtemps assis, notamment au travail, peut nuire gravement à la santé. Une seule solution: bouger le plus souvent possible.

croquis d'un squelette sympatique mais épuisé sur une chaise
Il est recommandé de faire une pause toutes les deux heures et de marcher une quinzaine de minutes par jour.

Les yeux cerclés de bagues vertes, leurs doigts boulus crispés à leurs fémurs, le sinciput plaqué de hargnosités vagues, comme les floraisons lépreuses des vieux murs.» C’est ainsi que Rimbaud décrivait dans un poème Les assis. Et il n’avait peut-être pas tort, le poète aux semelles de vent. Rester trop longtemps le postérieur vissé à sa chaise peut nuire gravement à la santé. Un début de psychose, en tout cas dans les pays anglo-saxons, est même en train de s’installer (lire encadré).

Surtout qu’assis on peut, on doit l’être de plus en plus souvent: au bureau, au volant, en train, au bistrot devant la télé, l’ordinateur, etc. Parfois plus d’une dizaine d’heures par jour. C’est beaucoup et sans doute trop: «Le mode de vie actuel, qu’il s’agisse de l’alimentation ou de la sédentarité, favorise les maladies vasculaires, donc l’obésité, le diabète et l’hypertension», explique Geneviève Bizzini, médecin angiologue, autrement dit spécialiste de la circulation sanguine.

Le rôle très important des mollets

Concrètement «le système veineux ramène le sang désoxygéné au niveau du cœur et des poumons, pour être redistribué par le système artériel. La différence entre ces deux systèmes, c’est que l’artère est à haute pression tandis que la veine à basse pression.» Avec comme conséquence que la position assise prolongée «entraîne une hyper-pression du système veineux. Le sang pour remonter vers le cœur a besoin de la fonction musculaire du mollet.»

«La position debout ou assis, ça ne fait pas de grande différence pour les problèmes veineux», explique de son côté à Yverdon le Dr Christophe Bernard, interniste et spécialiste des maladies vasculaires.

«Longtemps, on a pensé que les problèmes veineux concernaient surtout les vendeuses qui restaient debout durant de longues périodes. Puis on a réalisé que les secrétaires, qui sont principalement assises, avaient la même prévalence de problèmes veineux, démontrant que c’est bien l’immobilité qui est le danger principal.» Pour une raison très simple: «L’homme est un bipède qui se déplaçait beaucoup initialement. Nous sommes surtout faits pour le mouvement, pas pour l’immobilité.»

Manque de mouvement et excès de poids

Le «manque de mouvement avec l’excès pondéral qui l’accompagne fréquemment dans les pays dits développés» est aussi considéré comme étant responsable «de troubles métaboliques comme le diabète de type 2».

Statistiquement, d’ailleurs, les employés qui travaillent debout sont plus souvent en arrêt maladie. Geneviève Bizzini déconseille ainsi aussi bien la station assise que la position debout «si elles sont prolongées». A éviter, en tout cas, « le port de chaussures à talons, les pantalons trop serrés, les bains chauds, l’exposition solaire, des sports statiques, telle l’haltérophilie».

Geneviève Bizzini (Photo LDD)
Geneviève Bizzini (Photo LDD)

Conseillés, en revanche, «la natation ou la marche, les activités physiques idéales, et des bains d’eau froide». Peut aussi aider lors d’une activité debout prolongée: «le port d’un bas de contention ou de maintien qui va effectuer une pression progressive des chevilles aux mollets et éviter l’hyper-pression veineuse.»

Il faut en effet savoir, explique encore Christophe Bernard, que les veines sont une sorte de «réserve de sang – environ 500 ml par jambe». Pour «mettre en mouvement» cette réserve, il faut «soit marcher une quinzaine de pas (deux ou trois ne suffisent pas), soit sur­élever les jambes comme on l’apprend pour les personnes qui font un malaise et qui s’affaissent tout en restant conscientes.»

Pour les «prisonniers du bureau», Christophe Bernard donne les mêmes recommandations que pour ceux qui passent plusieurs heures au volant: «Faites une pause toutes les deux heures et marchez une quinzaine de minutes.»

Autres trucs valables pour chacun dans la vie de tous les jours: «Prendre l’escalier plutôt que l’escalator ou l’ascenseur, surtout pour la montée; ou encore parquer sa voiture loin du bureau afin de s’inciter à marcher plus.»

Ces «bonnes habitudes», assure Christophe Bernard, devraient faire partie de notre «hygiène de vie, pour espérer vieillir en bonne santé». Plusieurs études ont démontré que «les personnes qui vivent le mieux et en meilleure forme sont celles qui ont toujours été actives, sans accomplir pour autant des prouesses physiques». Le fait de «s’occuper de son jardin, aller faire ses courses à pied ou encore promener régulièrement son chien» est suffisant pour «garder la forme le plus longtemps possible».

Auteur: Laurent Nicolet

Photographe: Konrad Beck