Archives
3 octobre 2016

Véronique Walter, la dame aux pinceaux

L’artiste peintre Véronique Walter vient de terminer «Traits de vies», une série originale de portraits imaginaires qui ont étreint un destin entre toiles et textes.

Véronique et Max en balade dans la forêt.

La vie des toiles

Chaque jour depuis trente ans, Véronique Walter peint, dessine, croque la vie qui va. Une passion qui ne l’a plus quittée depuis son enfance à Lausanne et qui l’a amenée aux Beaux-Arts à Sion (VS). «Je travaille particulièrement autour des villes, de l’urbanisme, des milieux sociaux, le plus souvent par séries», explique la Lausannoise de 53 ans. Qui vient de présenter Traits de vies , œuvre à quatre mains entre tableaux et récits de personnages imaginaires. A force de parsemer les rues de Lisbonne ou de New York de ses personnages, Véronique Walter veut les mettre au premier plan. «J’aime beaucoup photographier, ayant notamment travaillé avec Charles-Henri Favrod au Musée de l’Elysée à Lausanne. J’ai repris et travaillé certains de mes clichés.»

Comme à son habitude, acrylique et pigments se mélangent au crayon ou à l’huile, voire au transfert, cette technique où les contours d’un décor photographique entrent dans la peinture. Et pour donner pleinement vie à Olga, Christian ou Kuma, Véronique Walter propose à Emmanuelle Ryser, une amie plumivore, de s’inspirer de chaque toile pour créer autant de biographies. En plus de l’exposition picturale, ce labeur commun débouche sur un livre d’un format original grâce au concours de la graphiste Sylvie Bongard. Mais ces figures ont aussi disposé d’une voix grâce au spectacle que leur a créé la compagnie des Artpenteurs.

Une journée avec Véronique Walter

9 h 00 Balade «La journée commence souvent par une balade en forêt avec Max, mon border de 9 ans. Une respiration indispensable pour tous les deux.»

11 h 00 Bijoux «J’aime bien travailler un peu à la création de bijoux, ce qui correspond à un vieux rêve. Je les vois un peu comme de petites sculptures que l’on peut porter.»

12 h 00 Peinture «Sauf exception, je peins tous les jours dans mon atelier à la route du Signal à Lausanne. Je suis depuis quinze ans dans cette ancienne épicerie avec pignon sur rue. Je connais tous les locataires de l’immeuble et des enfants du quartier viennent souvent guigner mon travail.»

15 h 00 Croquis «J’ai toujours un carnet de dessins avec moi, et chaque jour je trouve un sujet à croquer. Si mon travail se concentre sur l’urbain depuis quelques années, je conserve un besoin vital de nature.»

17 h 00 Accrochage «Nous sommes en plein montage de l’exposition des Traits de vies qui durera une dizaine de jours à la galerie du Pressoir d’Ecublens (VD). La préparation d’un accrochage reste un moment particulier.»

18 h 00 Enseignement «Je donne des ateliers de peinture depuis vingt ans (dont sept à l’ Ecole-club Migros ). Certains participants viennent depuis longtemps et peignent avec une belle créativité. Ce ne sont pas des cours à sens unique, mais des moments d’échanges qui nourrissent aussi mon travail.»

Texte: © Migros magazine | Pierre Léderrey

Auteur: Pierre Léderrey

Photographe: François Wavre/Lundi13