Archives
11 février 2013

La douche qui recycle la chaleur

La start-up biennoise Joulia a mis au point un bac de douche qui récupère la chaleur des eaux usées pour préchauffer l’eau froide. A la clé: 30 à 40% d’eau chaude épargnée et de belles économies sur sa facture de chauffage.

Imaginez un camion-citerne de mazout, d’une longueur de 112 km! Un convoi si long qu’il occuperait toute une voie d’autoroute entre Lausanne et Bienne. C’est la quantité de fuel qui pourrait être économisée chaque année si tout le monde en Suisse était équipé du bac de douche imaginé par Joulia. Une idée qui a permis à la jeune entreprise biennoise de décrocher en début d’année le Watt d’Or, prix décerné par l’Office fédéral de l’énergie.

Silvia Ripa, directrice de Joulia, fière et heureuse d’avoir décroché le Watt d’Or. (Photo: David Zehnder)
Silvia Ripa, directrice de Joulia, fière et heureuse d’avoir décroché le Watt d’Or. (Photo: David Zehnder)

Mais comment un bac de douche peut-il réduire la consommation d’eau chaude? L’innovation de Joulia se démarque par sa simplicité. «Le bac est couvert d’une plaque métallique sur laquelle ruissellent les eaux usées, explique Silvana Ripa, directrice de la start-up. Sous cette surface, de petits conduits en aluminium permettent de faire transiter l’eau froide, avant qu’elle n’arrive dans le mélangeur. En effectuant ce circuit, elle parvient ainsi à capter une partie de la chaleur des eaux usées, et passe d’une température initiale d’environ 10 degrés à quelque 25 degrés. Au final, il faudra donc moins d’eau chaude pour parvenir à la température agréable, comprise généralement entre 38 et 40 degrés.»

Et pour en apporter la preuve, Silvana Ripa invite à s’approcher d’une maquette de douche, exposée dans les locaux de la petite entreprise. «Passez votre main et sentez la température de l’eau chaude qui provient de la douche, propose-t-elle. Et maintenant, touchez l’eau tout au bas du bac, avant qu’elle ne s’échappe dans les canalisations.» L’expérience est saisissante: l’échangeur de chaleur intégré au fond du bac de douche est parvenu à avaler la chaleur de l’eau.

(Photo: Joulia SA)
(Photo: Joulia SA)

Le système promet donc de belles économies. Selon les calculs de Joulia, un foyer de quatre personnes, dont chacun des membres prendrait une douche de neuf minutes chaque jour, pourrait épargner environ 1000 kWh par an grâce à une installation de ce type. Cela équivaut à l’énergie consommée par un foyer sur la même période pour l’utilisation cumulée de la cuisinière, d’un four, de la machine à café, du lave-linge, d’un téléviseur et d’une radio. Sur sa facture annuelle de chauffage, l’économie représente environ 200 francs.

Même si son prix d’achat est un peu plus élevé que celui des bacs de douche standards, le système est amorti au bout de cinq à sept ans d’utilisation. Et parfois plus vite encore: quiconque achète un bac de douche écologique dans le domaine «1 to 1 energy» bénéficie d’une réduction pouvant atteindre jusqu’à 500 francs. Cette action est rendue possible grâce au programme de promotion ProKilowatt de la Confédération.

Le potentiel d’économie est plus grand encore pour les hôtels et les infrastructures sportives, là où les douches sont généralement mises à forte contribution. Et c’est dans les 22 chambres du nouveau bâtiment de Swiss Tennis à Bienne que les bacs ont été installés en mai dernier. «Les juniors ne notent aucune différence lorsqu’ils prennent leur douche», annonce Sandra Perez, chargée de communication de la fédération.

Ce qui est très positif! On économise de l’eau chaude, sans même s’en rendre compte.

Selon les calculs de l’architecte, c’est l’équivalent de l’énergie consommée par trois maisons familiales qui devrait être épargnée chaque année.

Un design étudié dès le départ

Et rien n’a été laissé au hasard, pour charmer les futurs clients. «Dès le début du projet, nous avons approché des architectes, installateurs sanitaires et engagé un designer, précise Silvana Ripa. Nous voulions un produit qui plaise non seulement par sa technologie verte, mais aussi par son esthétisme! Sans quoi, nous n’aurions pu intéresser que les écologistes les plus avertis.» L’invention peut être facilement installée dans une nouvelle construction bien sûr, mais aussi lors de la rénovation de sa salle de bains.

«Le potentiel est gigantesque»

Toute l’équipe de Joulia est certaine du potentiel de son produit. «Son plus grand atout est de réduire nos émissions de CO2 et en même temps de réaliser des économies, tout en ne prétéritant en rien notre qualité de vie, explique Silvana Ripa. Toutes les conditions sont ainsi réunies pour que notre bac de douche rencontre le succès! 10 000 villas et 40 000 appartements sont construits chaque année en Suisse. Si l’on ajoute les millions de logements qui devront être prochainement rénovés, le potentiel est déjà gigantesque!» Mais la start-up jette déjà un œil en dehors des frontières nationales. «L’Allemagne et l’Autriche pourraient bientôt faire partie de nos clients, prévoit la directrice. Deux pays proches de la Suisse et qui cherchent aussi des solutions pour diminuer leur consommation globale d’énergie.»

Auteur: Alexandre Willemin