Archives
26 mai 2015

La force de Coriolis

Pour vérifier certains phénomènes, les scientifiques doivent parfois se mouiller…

Une fillette tient une bouteille en plastique à bout de bras, l'ouverture contre elle.
Attention, la force de Coriolis est surprenante!
Lea et son matériel posé sur la table.
Peu de matériel suffit à réaliser cette expérience.

Léa ne craint pas l’eau. Elle va le prouver lors de l’ultime étape de cette expérience décoiffante. Mais avant cela, elle réunit le matériel dont elle aura besoin: une bouteille en PET, un poinçon et une planche à découper.

Lea fait un trou dans le bouchon à l'aide d'un poinçon.
Bien vieller à placer le bouchon sur une planche pour ne pas glisser.

A l’aide du poinçon, notre jeune savante perce un trou dans le bouchon (attention, n’oubliez pas de le placer au préalable sur la planche à découper!) Puis, elle remplit la bouteille d’eau et revisse le bouchon.

Il est temps de prendre l’air, d’aller dans la cour ou le jardin. En effet, il est inutile d’arroser le tapis du salon! Maintenant, comme Léa, tenez la bouteille à bout de bras, le bouchon face à vous. Prêt?

L'expérience fait ses preuves.
Ça y est!

Et c’est parti ! Léa tourne sur elle-même comme une véritable toupie, tout en pressant la bouteille pour faire sortir de l’eau. Observez le jet. Où se dirige-t-il? La réponse a de quoi donner le tournis, non ?

Le phénomène

Dans notre expérience, le jet d’eau part vers l’avant alors que l’on s’attend plutôt à ce qu’il se dirige vers l’arrière. Ce phénomène est dû à ce que les physiciens appellent
la force de Coriolis (c’est elle qui dévie un objet lorsqu’il se déplace dans un «carrousel»).

Ce drôle d’effet s’observe aussi en météo: le carrousel, c’est la Terre qui tourne et dévie les vents dans des sens différents selon l’hémisphère où l’on se trouve. En revanche, et contrairement à une idée fort répandue, cette force n’a rien à voir avec le sens de rotation de l’eau dans la baignoire qui se vide.

Texte © Migros Magazine – Alain Portner

Auteur: Alain Portner

Photographe: Mathieu Rod